Corrida de Toulouse by coach-chéri…

Chose promise, chose due. A la demande générale et à l’invitation de Coco je vais vous faire partager ma Corrida de Noël de Toulouse en marche athlétique.
 
La question systématique qu’on me pose :
« – Pourquoi tu fais de la marche athlétique ? »
« – Et pourquoi pas ? Et pourquoi tu cours, toi petit runner ? Et après quoi ?  J’t’en pose des questions ?»
 
Depuis que je suis gamin, chaque année dans les Ardennes le 1er dimanche d’octobre on va regarder passer le Sedan-Charleville. C’est la plus vieille course ville à ville sur route du Monde. C’est pas un semi c’est 24 km tout en faux plat et puis quand tu es Ardennais soit tu fais le Sedan-Charleville soit tu vas le voir. Ca donne une course avec un public nombreux tout au long du parcours qui supporte les coureurs du premier au dernier. Pourquoi je vous raconte tout ça ? Parce que gamin j’allais voir cette course et il y avait une épreuve pour les marcheurs et je regardais ébahi passer ces marcheurs qui marchaient plus vite que certains coureurs…
 
Alors quand j’ai décidé de me remettre un peu au sport, j’ai eu envie d’essayer cette discipline surtout que ça fait quelques années que je suis Diniz avec intérêt…
 
Venons en au fait… Ce matin nous voilà parti pour Toulouse. Une petite corrida un peu festive m’a paru une bonne idée pour une première. Nous sommes arrivés à 8h30 dans la ville rose. On a rapidement trouvé le site de la course et on a été retiré les dossards. L’organisation de la course avait prévu un petit bonnet de Père-Noël pour chaque participant et Décathlon partenaire de la course nous a offert un t-shirt technique jaune fluo.
 
Beaucoup de coureur avait joué le jeu du déguisement… nous étions 700 à 800 coureurs au départ et le peloton était très coloré.
 
Vers 9h30 avec Coco nous sommes parti nous échauffer une dizaine de minutes…
A notre retour sur le spot de départ, il était prévu un échauffement en mode « Zumba ». Normalement Coco est sérieuse et ne se prête pas à ce genre de fantaisie mais comme j’étais là, c’était fête… on s’est bien bidonner à sautiller au rythme de « It’s raining mens » des Weather girls…
 
On a rejoint le départ… Tout le monde s’était mis dans le mauvais sens donc il a fallu faire volte-face, remettre les premiers devant et les autres derrières. J’ai fait un bisou à Coco et j’ai rejoins la dernière place du peloton. Il y avait une 15aine de cani-crossers que les organisateurs avaient pris soin de faire partir derrière le peloton. Le départ est donné. Le peloton de pères-noël s’étire lentement et je commence à me mettre en mouvement mais je n’avais pas du tout prévu qu’il y avait une runneuse avec un énorme dogue argentin qui était impatient d’en découdre. Le molosse est parti comme une balle entraînant la runneuse dans son élan. Avec le molosse aux fesses et le stress de la première compèt’, j’ai pris un départ un peu trop rapide.
J’avais tablé sur un départ à 7’00 du km sur le premier kilomètre et ensuite un espèce de négativ’split qui devait me faire terminer progressivement vers les 6’00. On avait fait une répétition générale avec coach-chérie la semaine précédente et ça c’était plutôt bien passé.. Au lieu d’être dans les allures prévues j’ai turbiné pendant quelques centaines de mètres à une allure comprise entre 5’40 et 5’50. Il me fallait freiner mais je n’y parvenais pas.
Dans ma tête c’était assez compliqué. Je voyais que je doublais plein de monde, en même temps que je me disais qu’il fallait freiner j’avais en moi une petite voix intérieure que me disait de lâcher les chevaux et je me grisais de dépasser tous ces runners en marchant. Je marchais bien mais j’ai jeté un coup d’oeil sur le cardio et j’étais à peu près à 100% ma FCM. Un petit effort de concentration et je suis revenu à une allure de 6’30-6’40…
Le parcours était plat. Grosso modo on longeait le canal latéral à la Garonne sur 4 km , ravito et on revenait par l’autre berge.
Une fois stabilisé dans mes allures j’ai pu me concentrer sur ma technique. Comme je débute, la marche demande beaucoup de concentration et dès qu’on relâche on se met à courir. J’avais pris mon rythme de croisière et arrivé au km2,68 le premier pointait son museau en face. Il était facile. Et puis nous approchions d’un pont, sous lequel vivait quelques personnes. Les coureurs semblaient ne pas les voir. Ils semblaient ne pas voir les runners . Ils étaient sur la berge en face, comme ils sont sous chaque pont à Toulouse et ils sont invisibles. Personne ne les voit plus.
J’étais au côte à côte avec une mère-noël à nez de clown. Je lui ai fait part de mes pensées mais elle n’a pas semblé m’entendre… J’ai accéléré et je tournais régulièrement à 6’30 quand je suis arrivé à mi-course. Un petit verre d’eau glacé et j’ai franchi le pont qui me ramenait vers les ponts-jumeaux au départ. A ce moment là, j’ai eu un petit coup de moins bien parce que il y avait un léger faux plat qui empêchait de relancer. Après quelques instants de flottements, j’ai repris mon rythme et j’ai commencé à reprendre des personnes parties trop vite. C’est terrible quand tu marches et que tu doubles un coureur, parce que ça le cisaille au moral. En même temps il y a plus grave… On approche à nouveau du pont qui est habité par plusieurs personnes. Je leur donne le bonjour, ils me répondent… Que faire d’autre. J’ai pas un rond en poche et j’arrive pas à comprendre dans quelle société on vit. Je paie pour avoir le droit de courir, en ces périodes de fêtes où beaucoup vont être malades de trop manger d’autres sont malades de ne pas manger…
Je continue ma course et je double encore quelques coureurs. C’est la flamme rouge, j’essaye d’accélérer mais les jambes ne suivent pas. Je reprends un rythme de 6’30 et les 300 derniers mètres sont longs… J’entends une voix familière que m’encourage. J’arrive pas à voir Coco mais ça me booste et je franchis la ligne d’arrivée en 56’21. Je termine 660ème, je laisse 79 coureurs derrière moi… Je suis satisfait pour une première. Prochain objectif une course de 12 km à Arles…
 
Le point négatif de l’organisation aura quand même été de ne pas prévoir de toilettes… C’était à la bonne franquette. Pour les hommes c’est plus simple que pour les femmes … surtout en ville dans un quartier sans bar…
 
Coach-chéri.
 
PS: A force d’entendre Coco me parler de vous je vous connais tous un peu…Alors bonnes fêtes à vous tous… et à bientôt peut-être sur une prochaine course…
 
 


Résultats officiels de coco : 
8,5 km 
50’29
481ème sur 739
24ème V2F/54
 

 

Publicités

23 commentaires sur « Corrida de Toulouse by coach-chéri… »

  1. Bravo coach-chéri … Bravo !
    On tres joli billet que voici.

    On sent l'experience du coach, hein …
    Vive la marche et la cap 😉
    Bonnes fetes a vous, bises

    J'aime

  2. merci ;o))
    oui on s'est amusé, on a couru sans pression juste pour le fun et l'ambiance était franchement sympa donc pas de regret, on a d'autres course prévues ensemble, coach-chéri y prend gout …

    J'aime

  3. Yeah !!!!! Beau rythme quand même.
    C'est vrai que lorsque tu es dans le dit et qu'un marcheur te dépasse ça plombe un peu. Mais moi je me dis dans ces moments la que tout le monde n'a pas le même niveau.
    Vivement la prochaine course. Ravi de voir ta tête, je t'imaginais pas comme ça! Me demande pas comment je t'imaginais….. Je sais pas trop mais pas comme ca!!!

    J'aime

  4. J'ai rempli la 1ere partie de la mission le CR. Maintenant il ne me reste plus qu'à affiner la recette du nutella maison. Pour les photos, on a fait soft on a du choisir dans les moins pires… ahahah Il y a quelques photos de zumba et d'arrivée qui ont fait rire Coco elle en rigole encore d'ailleurs…

    J'aime

  5. Bravo a coach chéri pour le CR et surtout pour la course…Pour de la marche, je ne m'attendais a de telles allures (même si je crois qu'un Yoahn Diniz boucle un marathon en 3h15!!!!)
    Tout le monde demande les photos. ..moi je veux des vidéos de la zumba…apres c'est Noel, c'est la période des bêtisiers !!ahahah 🙂
    Passez de bonnes fêtes et a bientôt

    J'aime

  6. Pour les photos ça va être difficile. Pour les vidéos encore moins…hihihi
    C'est assez rigolo aussi de passer de coach-accompagnateur-vestiaire-coupeur de citron-supporter à compétiteur… Ça renverse les rôles… J'ai bien aimé aussi être applaudi par coach-chérie…

    J'aime

  7. Je veux la photo de la zumba !!!
    En tout cas bravo, et c'est chouette de te lire !
    Je suis épatée par les allures de marche rapide, je pensais pas qu'on pouvait aller si vite… tant de choses à découvrir encore !
    Dans quel monde vit-on tu as bien raison…

    J'aime

  8. rhooo!!! mais ça rigole bien par ici…bon, coach-chéri m'a rendu les clefs du blog, il a repris le chemin des vignes et ce soir nous ne seront pas là donc il n'aura plus le temps de répondre à vos gentils commentaires, du coup vous récupérez bibi en réponse à vos coms, faites pas la bouille …en tout cas il était content de cette expérience sur mon blog et il vous remercie d'avoir joué le jeu ;o))
    pour la photo de la zumba, hé, hé il elle y est, en bas du billet, yess coach-chéri est dedans mais je te mets au défi de le trouver (mission impossible, j'avoue, à moins de bien le connaitre) …je lui transmets tes félicitations bien sûr….merci ;o))

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s