Protocole personnel en cas de bobo…

Attention: 
Les informations de la rubrique « bobologie » ou autres « conseils médicaux » , dans les billets ainsi que dans les commentaires, ne sont donnés qu’à titre d’information et ne doivent en aucun cas se substituer à une consultation médicale auprès d’un professionnel de santé.

Ce qui va suivre s’adresse à ceux qui cherchent des pistes pour ne pas se laisser envahir par leur bobos de runner . Il va sans dire que je ne parlerais donc ici que de bobos mineurs type contractures ou tendinites plus ou moins chroniques, et il va sans dire également que mes propos ne sont pas une vérité scientifique mais juste le reflet de ma propre expérience.

Si je ne suis pas une adepte du repos en cas d’épisode douloureux j’ai conscience néanmoins que dans certains cas, bien évidemment, une pause est plus que souhaitable et je précise à toute fins utiles que mes petits trucs nécessitent une bonne dose de confiance en son pouvoir d’auto-guérison sinon on passe son chemin…

t’es prêt(e)? ….alors on y va…

Comme tout le monde et bien que je n’en parle quasi jamais sur les RS il m’arrive de me faire mal, à la cheville, au genou, à la hanche, à la tête, alouette, etc…Je suis toujours un peu longue à la détente, je laisse traîner quelques jours en observant l’évolution sans m’arrêter de courir et si ça perdure, je sors l’artillerie lourde….

Dans un 1er temps je commence par visiter ce site* qui m’est d’une aide précieuse pour m’aider à localiser et surtout à identifier, le tendon ou le muscle qui me fait des misères…puis je fais une recherche google en tapant « le nom de la bestiole + running », à ce stade en principe j’ai des résultats vidéo me proposant des étirements qui vont m’aider à zigouiller vite fait bien fait la pathologie dont je suis atteinte. 

Les étirements curatifs ont été salutaires sur ma fasciite plantaire, sur mon inflammation du psoas illiaque, soignant actuellement une TFL du genou, ça semble à nouveau me convenir et je n’ai pas, pour autant, coupé mon entrainement ….Les étirements doivent être fait doucement et régulièrement, 2 fois par jour par exemple en série de 3 fois 30 secondes, ça prends peu de temps et ça peut être efficace rapidement.

En plus de ces étirements, je pose des cataplasmes d’argile verte et/ou je verse quelques gouttes de mon mélange personnel « huile d’arnica/huiles essentielles » à l’endroit où je souffre (recette inside ). En cas de contracture musculaire importante je dégaine le baume st Bernard. Je veille à une hydratation optimale (de toute façon coutumière pour moi) 2L d’eau par jour, voir plus, sont nécessaires pour venir à bout des tendinites rapidement et depuis peu, j’ajoute dans mon bidon d’hydratation quelques cristaux de sels minéraux de vichy.La prèle en poudre mélangée à de l’eau est efficace contre les douleurs musculo-tendineuses…

Je continue à privilégier l’effet « anti-inflammatoire » de mon alimentation, en  consommant du curcuma frais ainsi que du gingembre à chaque repas.

Parallèlement à tout ça je renforce tout au long de l’année mes chevilles par des exercices appropriés, ceux que l’on trouve dans la presse sportive ainsi que sur le net et je n’oublie pas les gammes après certains  entrainement, c’est idéal pour alléger ma foulée et soulager par ce biais mes articulations. Je n’hésites pas quand je le peux à changer de modèle de chaussures et donc à  modifier un peu mes appuis afin de soulager une douleur chronique par exemple. Et bien sûr je surveille le kilométrage de mes runnings.

Si je n’ai pas d’amélioration une visite chez l’ostéopathe résoudra rapidement mon problème, comme ça été le cas avec mes chutes à répétition dues à une cheville bloquée, m’empêchant alors de dérouler convenablement et me faisant chuter de manière récurrente.

Et enfin je ne néglige pas l’aspect psychologique du sujet. Chacun fait comme il le sent et je ne juge personne mais pour ma part lorsque je souffre, moins j’en parle, mieux je me porte, et je pense qu’ à trop ressasser ses douleurs elles finissent par s’incruster alors que si on ne leur attribue qu’une place minime elles finissent par repartir comme elles sont venues.

C’est un peu ma méditation bis

Laisser filer ses bobos comme on laisse filer ses pensées…

Publicités

15 commentaires sur « Protocole personnel en cas de bobo… »

    1. ben tu peux aussi synthétiser les infos: en gros, chaque fois que je me blesse, je soigne le problème principalement par des étirements appropriés, 3 fois par jour. L’argile verte et les huiles essentielles accélèrent le processus de guérison,. l’osteo résout ce que je ne peux résoudre moi même (rare).

      J'aime

      1. Ca me rappelle un fil de discussion précédent les étirements. Mais si on part du principe que tu consommes des aliments en préventifs, pourquoi le meme principe ne s’applique pas aux étirements? Ca marche aussi en préventif, pas seulement en curatif.
        Pour ma part, la TFL est un lointain souvenir grace à des étirements a chaque séance (ou presque) et à d’autres pratiques que je te détaillerais à l’occasion.

        Bises, et bon rétablissement.

        J'aime

        1. pour l’alimentation j’ai un peu dépassé le stade du préventif, c’est au fil du temps devenu un chemin de vie… effectivement les étirements en préventifs ça fonctionne aussi dans mon cas..mais ça n’empêche pas toujours de se blesser pas plus que de manger sain ne m’empêchera de mourir un jour…pour ta TFL résolue je suis preneuse d’info…la mienne est en train de se résorber doucement mais surement ;o))
          biz

          J'aime

  1. Euh, ben en fait…presque tout pareil 🙂 !
    Les étirements j’ai un peu de mal en semaine parce que la course entre midi et deux, il faut choisir entre les étirements, ou la douche pour être dans les temps de retour…alors ben tu vois ou va ma préférence 😉 (et celles des collègues).

    J'aime

    1. merci…
      Pour la TFL je gère la fougère comme dirait notre amie Gwendoline que je bizoute au passage… quand ce ne sera plus qu’un lointain souvenir j’en parlerais ici (oups, de ma TFL pas de Gwendoline bien sûr) …pour le curcuma ici c’est à peu près dans tous les plats type lentille et riz et dans tous les plats de légumes aussi, je ne sais pas quoi te dire de plus, on en colle à peu près partout mais nous avons un mode de cuisson très doux, pas de cocotte minute, donc tous les légumes qui seraient cuits à dans un peu d’eau par exemple et que l’on fait revenir ensuite dans un peu d’huile d’olive se prennent du curcuma dans le nez et ceux qu’on fait rissoler directement dans l’huile aussi..le curcuma il faut le mélanger à de l’huile, du poivre et du gingembre pour une effet curatif maximum…ça fait quelques années qu’on en consomme chaque jours et nous n’avons plus aucun problème de dos ou autres joyeusetés du même style et qui étaient pour ma part relativement chroniques ;o))

      J'aime

      1. Oui je voulais aussi en ajouter régulièrement à notre alimentation, j’avais juste peur que le goût ne s’adapte pas à tous types de plats ^^
        J’en voulais à la base pour mes articulations de mamie, mais si cela peut aider en plus les problèmes de dos de mon copain, que demande le peuple…

        J'aime

        1. tout dépend comment tu cuisine, ici on cuisine très très épicé (au sens large pas juste au sens piquant du terme) donc ça se marrie bien avec nos plats mais c’est vrai que c’est un peu spécial comme gout, faut tester ;o))

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s