Le Running en partage…

Je la croise tous les matins depuis septembre…Elle doit avoir mon âge… à peu près…

Elle, bien emmitouflée dans sa doudoune, moi toujours en short même quand il gèle, je sens que parfois elle frissonne de me voir si peu vêtue en plein hiver, les cuisses à l’air…

Elle promène son chien, tranquillement, au petit matin… si tranquillement qu’on pourrait même presque croire que c’est l’inverse puisqu’il est toujours devant elle à flâner…

les semaines passent… un petit mot ou un signe de la main pour se dire mutuellement que l’une et l’autre sommes unies, chacune à notre manière, dans notre routine matinale…

Avec le temps on se sourit désormais en se croisant…et puis un beau jour elle me dit que c’est chouette de me voir sortir de la brume comme ça en courant, sur cette route déserte…qu’elle m’a vu  arriver de loin et que c’était beau….j’attrape cette gentille pensée au vol…les mois passent et nous nous croisons souvent, elle marchant, moi courant…

Ce matin alors que je descendais du bobato pour aller fractionner, la dame était sur l’autre berge, celle que je m’apprêtais à prendre…elle courait….oui, oui, elle courait et je n’en revenais pas…doucement, avec sa doudoune sur le dos, sans Garmin, sans t.shirt technique et peut être même en chaussure de ville, elle courait, son chien courait aussi, derrière elle, avec l’air de se demander ce qu’il avait bien pu faire au bon dieu pour en arriver là….j’ai bien vu que ça n’était pas parce qu’elle était pressée mais bel et bien parce qu’elle était en plein Morning Run improbable….

« mais, vous courez aussi alors? « 

« j’aimerais tant….j’essaye…je voudrais être comme vous… »

Bien au delà de son aspect flatteur, cette petite phrase prononcée d’une voie douce et modeste m’a beaucoup émue car si j’ai réussi à véhiculer et à partager le bonheur que j’ai à courir alors je ne cours donc jamais pour rien…

Ce matin, son morning-run  à elle c’était mon petit cadeau de la vie à moi…

688e7501b2024ed252e2480d9a3ee688

 

 

 

 

 

Publicités

34 commentaires sur « Le Running en partage… »

    1. bon en fait j’ai le run assez contagieux, j’ai déjà embarqué une vacancière inconnue dans un semi improbable (coucou à cécile si elle me lit) en septembre dernier c’était un inconnu rencontré en chemin qui s’était invité lors d’une sortie longue, chaque fois c’est que du bonheur partagé, j’adoreeeee!

      J'aime

  1. Oh! J’adore ces tranches de vie! Lorsque je fais mes tours de parc, je croise toujours le même papy qui promène son chien. Il doit avoir 80 ans. Depuis peu, il m’encourage et me félicite. Je suis vraiment touchée.
    Ces moments là nous font nous sentir humain.

    J'aime

    1. voilà l’expression juste, ce sont effectivement des tranches de vie que je raconte ici parfois, elles me font ma journée tellement elles sentent le bonheur simple, celui qui ne dépend de rien du tout, ni du temps qu’il fait, ni de l’argent que l’on a ou pas, ni de l’humeur d’untel, c’est cadeau, faut pas passer à coté, merci de m’avoir lue ma belle ;o))

      J'aime

    1. ben oui, tu sais ici je suis dans une région ou les papys font souvent un peu la gueule de prime abord…et quand je cours, j’ai remarqué que ça leur donne le sourire, alors je ne m’en prive pas…quand coach-chéri m’accompagne lors de mes morning runs,ça le fait rigoler que je me fasse klaxonner, en guise de salutation, par les vieux du coin ;o))

      J'aime

    1. je lui proposerais peut être un petit footing un de ces 4 mais sans attendre forcement qu’elle progresse, elle doit prendre le chemin que je prenais quand je n’accrochais pas encore de dossard les dimanche, ça me rappellera des souvenirs, si ça se fait, tiens j’en parlerais ici…

      J'aime

    1. C’est comme ça que je vois la course à pieds…c’est aussi comme ça que je vois la vie d’ailleurs, sans possibilité de transmettre ce que je découvre je serais bien malheureuse ;o))

      J'aime

  2. Juste un bel échange. Un petit bonheur qui donne le sourire et qui permet d’avancer. Merci de le partager, ça nous change de tous les records.

    J'aime

              1. J’imagine tes sorties. J’en suis juste au semi (en pleine prépa aussi) et mes sorties longues, qui me paraissent longues à moi, paraissent ultra courtes à côté des tiennes !

                J'aime

                1. bonne prépa également…tout est relatif, fût un temps après 7km en 1h, j’avais l’impression d’avoir fait le tour de la planète à toute vitesse ahah!!! chacun son rythme, chacun sa distance, l’important c’est de préparer son objectif correctement, le reste n’a aucune espèce importance ;o))

                  Aimé par 1 personne

                  1. De toute façon, il faut que je me prépare et que je passe par les semis, parce que je compte bien courir un marathon pour mes 25 ans (soit avant l’été 2017)…

                    J'aime

                    1. ça oui, c’est mieux à mon sens, de commencer par des semis, perso j’en avais couru plusieurs avant de me lancer sur marathon, je trouve dommage de brûler les étapes, d’autant qu’il n’y a pas le feu au lac…ça évite de faire n’importe quoi et de se dégoutter de la course à pieds ;o))

                      J'aime

                    2. J’ai un peu l’impression de me presser pour ce marathon. Parce que tout simplement, c’est un rêve d’en courir un avant mes 25 ans. Du coup, je pense que je vais me lancer dans une série de semi. Je serais sur Paris cet été, donc j’aurais pas mal de choix pour septembre ou octobre.Cela m’en trois au compteur avant d’envisager un marathon… Cela me fait un peu flipper quand même ^^

                      J'aime

                    3. prends ton temps, vois après tes semis comment tu te sens, si tu récupère bien etc…si ça se passe bien, si tu le vis bien, pourquoi pas… sinon attends un peu, si c’est pas pour tes 25 ben ce sera pour tes 26, il n’y a que toi qui peut savoir ce qui est bon pour toi, juste assures toi d’être prête car faire un marathon pour juste dire je l’ai fait, c’est dommage….et si tu t’entraînes bien jusque là, sans coupure-reprise tous les 3 jours, ça ne devrait pas être un trop gros problème ;o))

                      Aimé par 1 personne

                    4. Pour le moment, je vais me concentrer sur le semi de Bordeaux. Puis il va falloir que je m’organise pour l’été entre entraînements et petite coupure estivale. Je verrais en octobre/novembre comment je me sens après ces deux semis et je m’inscrirais peut-être ^^

                      J'aime

                    5. voilà, chaque chose en son temps…pis après l’avantage du running c’est aussi qu’on peut le pratiquer n’importe où, même en vacances, ahaha! pas besoin de coupure estivale, jdcjdr ;o))

                      J'aime

                    6. C’est surtout que je n’ai pas fais de coupure cet hiver (enfin si on n’oublie ma pause-périostite en octobre) donc je voulais me prendre deux semaines pour souffler. Et cet été, je ne serais pas en vacances mais en stage 😉

                      J'aime

  3. perso je ne pratique pas la coupure annuelle… je pense que ce « rituel » vient de la piste, qu’il est plutôt destiné aux athlètes de haut niveau qui en ont bien plus besoin que moi certainement et pour ma part, ce serait comme prendre le risque de glisser vers une coupure ad vitaem eternam plus qu’annuelle…mais ce n’est que mon avis…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s