La croisade…

Longtemps j’ai renoncé à aller jusqu’à ce lieu; st Graal des coureurs du dimanche de par chez moi:  « La Croisade »

J’empruntais ce chemin ombragé lors de mes premiers footings sudistes mais je m’arrêtais bien avant, à la cabane du pendu précisément, de peur d’aller trop loin et devoir rentrer en marchant…

Les vieux du village dissertaient sur le kilométrage qui m’amènerait jusqu’à l’ancienne  maison de vigne délestée de sa toiture et me houspillaient au passage si je n’avais pas pris d’eau en vue de ce périple hasardeux…

Grosso modo, la cabane du pendu se situait à 3km de chez moi et l’idée de pousser jusqu’à la croisade restait de l’ordre du fantasme, je laissais cette épreuve aux bons coureurs et à ma copine Annie qui te faisait l’aller-retour à toute vitesse et sans sourciller me laissant admirative mais refusant toutes ses propositions d’un run commun jusqu’à l’endroit fatidique…

En ce chemin qui  longe le canal du midi et qui devait m’amener jusqu’à la cabane du pendu ( à défaut de me téléporter jusqu’à la croisade) je rencontrais Louis, sourd comme un pot, promenant son vieux labrador surement tout aussi sourd que son maitre…et puis l’autre Louis, sentant l’eau de toilette a la lavande à des kilomètres à la ronde, partant faire du bois dans les vignes et charriant ensuite les souquettes sur sa vieille bicyclette, ce gentil Louis que j’aimais bien entendre me parler et dont l’accent si prononcé m’évoquait « pour de rire »  la maffia sicilienne..et puis Robert aussi, marchant avec ses chiens toute la journée ou mes voisins de Péniche Evelyne et Guy promenant Laïka, l’amour de leur vie….atteindre la cabane du pendu représentait pour moi un véritable challenge alors je transformais ces quelques regards sans passion et souvent fatigués en regards admiratifs et voilà que j’étais tout à coup portée par la grâce le temps de parcourir quelques mètres…

Un passage devant le jardin de Claude où je saluais Joël qui péchait là… ah! je ne suis plus très loin je pense, j’aperçois enfin la cabane… mais le canal du midi est un sacré menteur avec ses virages qui se succèdent et je ne suis pas encore passé devant « le Marilou » ce si joli petit voilier amarré sur la berge d’en face et qui me sert de repère … la route était encore longue, souvent déserte en hiver, parfois jalonnée de rencontres improbables en été…un cheval échappé d’un enclos, des chiens errants, des pelotons de cyclistes, les oies de Claude, le cochon de Mr et Mrs B. ou  Bono leur vieux labrador entêté avec à ses trousses son copain Cacahuète, jeune et joyeux bouledogue …

Quelques craintes à dépasser plus tard, j’atteignais enfin cet endroit souvent déserté et chargé de mystère, j’étais enfin rendue à la cabane du pendu, petite bâtisse de vigne abandonnée là, le long du canal du midi, dépourvue de porte et de toiture…je repartais alors dans l’autre sens…un jour, c’est certain j’irais jusqu’à la croisade…

Et puis j’ai fini par y aller…quelques fois…La croisade n’était finalement qu’à environ 500m de la cabane du pendu, mais ces  500m aller-retour allongeaient donc mon périple d’un kilomètre et pour la petite joggeuse du dimanche que j’étais alors, parcourir 7km restait un exploit, difficile, hasardeux et très aléatoire….

Je ne vais plus jamais courir sur ce chemin menant à la croisade mais hier, tout à fait exceptionnellement, à la faveur d’un run commun avec coach-chéri, j’y suis retourné et j’ai compris pourquoi j’évite ce lieu depuis longtemps….

Je l’ai tant et tant parcouru, dans la douleur et dans la crainte de ne pas finir ma sortie que le sentiment d’être dans le dur ressurgit immanquablement dès que j’y pose à nouveau le bout de mes Hoka, même si aujourd’hui, parcourir 7km n’est plus vraiment un problème…

Il n’y a presque plus d’arbre sur les berges du canal du midi et mes voisins sont partis vers d’autres horizon…il n’y a plus d’oie chez Claude, le Marilou à changé de lieu d’amarrage et Joël ne vient plus jamais pécher par ici …

Les deux Louis ont rendu l’âme depuis  fort longtemps et la cabane du pendu à désormais un toit et des propriétaires…

Je suis allé à la croisade hier et même, pour tout te dire, un peu plus loin… tout à irrémédiablement changé…mais le sentiment d’être dans le dur sur ce chemin, lieu de mes footings d’antan, est resté le même …

Publicités

10 commentaires sur « La croisade… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s