Les 10 km de Narbonne plage 2016…CR…

lolonarbonne
Coach-chéri près de l’arrivée…

 

…………………………………………………………………

Le contexte:

A mi-chemin entre le marathon d’Albi qui a eu lieu il y  2 mois et la prochaine prépa du marathon de la Rochelle qui commencera en aout, Je suis plutôt dans le travail de côte en ce moment avec le Marvejols-Mende qui arrive à grand pas…

Je n’ai pas travaillé mon AS 10 depuis des lustres donc pas de RP possible à faire tomber (58’06 ») et je n’imagine même pas une seconde passer sous l’heure en plein mois de juin, sur le front de mer de Narbonne Plage, j’espère juste faire mieux que l’an passé sur cette même épreuve (1h02’04 ») ….

Courir un 10km est assez violent pour moi, je sais que je vais en baver, il fait chaud, la Tramontane souffle bien et dans un coin de ma tête il y a encore la longue agonie que j’avais vécue sur le même style de course, à Sète, en juin 2014… je ne suis pas une flèche, je le sais et je l’assume….

nousnarbonneplage

 

L’avant course:

Nous récupérons dossard et petit sac aux couleurs  de l’ Athlétic Club Narbonne Médittérannée avec dedans un échantillon de boisson isotonique et le même débardeur que l’an passé mais avec ses couleurs inversées; orange et noir l’an dernier, noir et orange cette année (ben quoi? nan, c’est pas du tout pareil…) et je suis ravie car un débardeur (à ma taille en plus, c’est assez rare)  pour courir, je n’en ai jamais un de trop et celui là je l’adore, d’ailleurs je portais pour l’occasion celui de 2015…

narbonneplage

Pendant que coach-chéri décide d’aller visiter les petits coins au calme bordés d’arbres, je l’attends près de la voiture et c’est à ce moment là qu’un jeune homme n’ayant pas du tout réfléchi au fait qu’il est entouré d’environ 300 coureurs prêts à en découdre, décide de s’approprier quelque chose qui ne lui appartient pas….je vois donc arriver à toute vitesse et droit sur moi, ce gars en tongs et plein d’espoir, avec à ses trousses et arrivant de toute part pour le coincer, des sprinteurs qui l’arrêteront à quelques centimètres de mes Hoka…le temps que je comprenne ce qu’il se passe, mon cardio fait un bond…coach-chéri débarque enfin  de son petit coin de nature et  nous partons nous échauffer laissant à son triste sort le gars en tongs au milieu d’un peloton de coureurs chaussés en Asics de compèt’ et qui n’étaient pas venu là pour rigoler…

Nous nous plaçons derrière l’arche de départ et j’ai le plaisir d’être à coté de cette dame que je rencontre si souvent sur les sites de course et qui m’avait servie de lièvre sans le savoir sur ma toute première compétition, m’insufflant alors une si belle énergie et m’encourageant par de gentilles paroles…cette dame m’apprend aujourd’hui qu’elle a derrière elle 55 ans de course à pieds et qu’elle valait, à une époque, 3h37′ sur marathon…55 ans de course à pieds!!! respect!!!

La course:

Je pars un poil trop rapidement…5’45 » puis 5’34 » pour les deux premiers kilomètres… mais soyons dingues! tant que j’ai les jambes, je continue sur ma lancée…Je sais que, plus tard, la longue ligne droite que je vais devoir parcourir 2 fois ne me sera profitable ni physiquement (il y fera très chaud et le vent de face me ralentira) ni moralement (on y voit l’arche à 2,5km et ça, ça tue bien… ) alors je continue comme ça et je prends donc un peu d’avance …5’46 » et 5’56″pour les deux kilomètres suivants….

Et ce qui devait arriver arriva; mon allure commence à chuter: 6’11″… 6’27″…6’03″… 6’19″…je m’applique néanmoins à tenir ce rythme sans faiblir et je rase les murs des maisons pour bénéficier de l’ombre que m’offrent les haies dépassant des jardins…

Par deux fois je m’accrocherais à des compétiteurs, boostée par leur allure pendant quelques minutes,  par deux fois je me ferais finalement distancer, prenant un coup au moral au passage, j’arrête alors de rêver tout debout, je continue ma route, seule et concentrée, sous un soleil de plomb et contre la tramontane…

Je sais que je vais passer devant une pancarte m’indiquant le 8ème kilomètre et je m’économise un peu en attendant ce passage dans l’espoir de pouvoir relancer à ce moment là, histoire de  finir ma course en beauté, si c’est encore possible….

« sers les dents et avances tu n’as plus que 2 bornes à faire… »

Et soudain j’ai eu de la chance…

En ce final apocalyptique (une dernière ligne droite de plus 2,5 km, vent de face en guise de finish, c’est apocalyptique pour moi …)  je me retrouve juste derrière un couple que j’ai souvent rencontré sur les fins de compétitions de ma région…je ne connais rien d’eux mais chaque fois le scénario est le même…Monsieur a pour mission d’amener Madame sur la ligne d’arrivée dans un temps qu’il semble avoir défini et pour cette fois là, je comprends que le sub 60′ est le Graal à atteindre…personnellement je n’ai pas d’objectif chrono et je me dis alors qu’il est peut être temps de m’en fixer un en m’accrochant à eux…il lui dit de se mettre derrière lui pour se protéger du vent, je me place alors juste derrière elle…il lui indique le temps qui la sépare du sub 60′ et j’appuie un peu plus sur le bout de mes Hoka….Je me nourris des encouragements bienveillants mais néanmoins sans complaisance, que Monsieur distribue à Madame, les reprenant à mon compte…

Je n’ai plus qu’une idée en tête, passer sous l’heure…et mon dieu qu’il sont long à parcourir ces deux derniers kilomètres…je suis un peu au bout de ma vie et n’étant pas la seule à tenter avec si peu de marge le sub 60′ je bénéficie alors  de l’énergie du désespoir des quelques autres concurrents qui se disent certainement, tout comme moi, que quitte à avoir ce sentiment de mort imminente qui accompagne souvent ce genre d’effort, ça vaut tout de même le coup de se bouger un peu le tutu…à ce moment précis faire 1h et une seconde n’est pas du tout envisageable en ce qui me concerne, ce sera un sub 60′ ou rien…

et je te jure, que j’ai serré les dents…

et je te jure que je ne devais pas être belle à voir…

et je te jure que j’ai bien cru que je n’y arriverais pas…

et je te jure qu’il n’était potentiellement pas possible que je n’y arrive pas…

Je vais alors parcourir le dernier kilomètre en 5’45″…

 plus que 600m…

plus que 400m…

plus que 300m…

Je passe devant Antoine, anciennement coach de coach-chéri et qui me hurle:

« allez coco, tu vas casser l’heure… »

j’y crois…j’appuie un peu plus…

Je passe devant coach-chéri que je ne vois pas mais qui m’encourage de ses cris …

j’y crois encore plus…

Sans regarder ma montre et en moins de temps qu’il ne faut pour écrire cette phrase je sais que ce sub 60′  ça va se jouer à quelques secondes……..je ne vois plus rien de ce qui se passe autour de moi… je fonce dans le tas… à fond les ballons… j’y suis presque…enfin j’entends le bip sur le tapis  et le speaker qui annonce mon nom, mon chrono  ( 59’42 ») et mon classement au scratch, sous l’heure…

c’est fini, Mission accomplie, je suis en larmes et si heureuse en même temps…

coconarbonne
crédit photo : Athlétic Club Narbonne Médittérannée (idem pour la photo de l’arrivée de coach-chéri)

On me tend une chaise, on  m’ôte ma puce et l’on m’offre une rose ….

et hop! direction le ravito d’arrivée qui  est somptueux (la pastèque après un 10km sudiste, c’est la vie)…  tout le monde est cool et gentil…et je prends assurément rendez vous pour l’an prochain…

ravitofinal10kmnarbonne

Epilogue:

J’ai agit de la manière la plus honnête qui soit vis à vis de moi même…je ne me suis pas fixé de chrono trop ambitieux au regard de mes paramètres sportifs du moment mais je n’ai pas non plus lâché prise histoire de tenter d’arriver à faire tout de même quelque chose de chouette…j’ai su malgré tout me dépasser, en phase avec mon petit niveau, en harmonie avec moi même, ça me va bien… du coup me voilà réconciliée avec la distance et il n’est pas impossible que je demande à coach-chéri de me servir de lièvre afin de m’aider à faire tomber mon RP sur ce format de course l’hiver prochain, en intégrant cette fois ci une préparation spécifique à mon planning d’entrainement…

Pour une fois, je suis vraiment contente de ce 10km et de mon chrono…

fritespost10kmdenarbonne

Nos résultats et nos classement  : ici

Publicités

19 commentaires sur « Les 10 km de Narbonne plage 2016…CR… »

  1. Arg je me disais bien qu’il y avait un souci dans l’article suivant mais je me suis dit que c’était original de ne raconter que les deux derniers kilomètres d’une course!

    Félicitation pour ton Sub60′, tu en as bien chié mais c’est ce qui rend la victoire d’autant plus belle. On est d’autant plus content de soi lorsqu’on a tout donné pour y arriver.

    Et je confirme la pastèque après une course s’est trop trop bon! (Enfin moi j’adore déjà la pastèque tout court alors!!!!)

    En route pour le RP sur 10 kil après le marathon de La Rochelle alors!

    J'aime

    1. arffff, pétard, j’y passe des heures, je publie et je m’apercois trop tard que j’ai fais une fausse manip’ et qu’il manque l’essentiel…je l’ai réécris en bougonnant mais c’est forcement un peu différent…hum, ça m’énerve…bref, merci de ton soutien…

      J'aime

  2. Même si tu as dû le réécrire, on y ressent beaucoup de passion et d’émotion dans ce compte rendu. C’est toujours un plaisir de te lire même si je ne laisse pas souvent de commentaires. Bravo pour cette course et ce récit 🙂

    J'aime

    1. Merci…
      Les frites c’était surtout pour faire plaisir à coach-chéri qui avait faim et bien du mal à envisager qu’on soit rentrés chez nous pour boulotter un truc…le schwepps c’était le sien, moi j’ai pris un perrier…pis après un sorbet surement bien chimique avec son arôme banane…mais bon, soyons fous de temps en temps, et pas trop sectaires non plus, c’est ce que je me suis dit…j’étais au top de la punkitude dans ma tête ahahah!!!

      J'aime

  3. Moi aussi je suis restée bouche bée devant la photo avec les frites et le schweps ^^
    Pas très malin ce voleur, il y réfléchira à deux fois la prochaine fois !
    Bravo pour ce chrono, t’as vraiment rien lâché sur la fin c’est beau !

    J'aime

  4. Félicitations!!!! Le CR pourrait se résumer à la photo….on voit bien que tu en as bavé 🙂
    Moi aussi j’ai beaucoup de mal avec le 10km, je trouve ça trop dur…mais bravo en tout cas!

    J'aime

    1. merci…
      enfin quelqu’un qui n’a pas peur d’évoquer la sale trombine que j’avais à l’arrivée, je commençais à désespérer vu que tout le monde à plutôt tiqué sur les frites ahaha!!!
      le 10km, c’est un truc de fou quel que soit le niveau pour peu qu’on se fixe ne serait ce qu’un micro objectif mais ça permet de varier un peu le format des courses et dans notre cas de participer à des compétitions qui ne sont pas à des années lumière de chez nous ;o))

      J'aime

  5. oh ben mince j’étais persuadée d’avoir laissé un com’ j’ai dû oublier de le valider^^
    En tout cas bravo pour cette course et pour le beau chrono qui va avec! Ce sub1h ne pouvait pas t’échapper!

    J'aime

  6. merci….la difficulté ça va être de trouver un 10km plat dans ma région et à un moment qui n’interfère pas avec mes prépa marathon (après la Rochelle je referais Albi en principe) et ça c’est pas gagné…je crois que suis condamnée à courir des 10km sans jamais les préparer, sauf à considérer que l’as 42 soit efficace pour faire tomber son RP sur 10k ahaha!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s