Les pyramides 2017…CR…ou comment je suis devenue une coureuse dans ma tête…

En prenant  le départ de ce semi-marathon en pleine prépa marathon avec déjà 66km parcourus dans la semaine  il était évident que je pouvais que renoncer à mon AS 21 théorique (5’55″/km soit 2h04 au 21ème kilo) …je ne voulais pas non plus courir ce semi comme une sortie longue façon Hanson’s méthod (6’44/km) …ma cheville gauche, susceptible depuis quelques jours  (suite de mon vol plané dans les cailloux)  avait été mise sous contrôle par un strap (merci coach-chéri ) j’ai donc pris le départ sans objectif chronométrique avec juste l’intention de courir, si possible mais sans me mettre la pression,  cette épreuve à 6’/km, une allure tranquille, à ma portée …quand tout les paramètres sont optimum…

J’ai le plaisir de rencontrer au palais des congrès, la pétillante Margaux ..et un peu plus tard, la fine équipe de « je cours toujours« …il y a un mode fou à la grande motte (environ 3000 coureurs je crois, mais c’est à confirmer) je rate Xavier, flute et zut …

margauxlesyramides

jct

le temps est idéal, un peu frais au petit matin, environ 12° pendant la course, pas de vent, pas de soleil, le temps rêvé pour courir au sud… le départ est donné, je pars en fin de peloton, je mets environ 2mn à passer la ligne de départ, ça bouchonne pas mal mais l’ambiance est détendue…je m’élance, je me sens bien, j’occulte le fait que ma cheville gauche serait bien resté tranquille au bobato en ce dimanche 5 mars 2017….

Le rythme est bon, voir même un peu trop rapide par rapport à celui que j’avais plus ou moins prévu de tenir, ma cheville est sensible mais rien de méchant…l’ambiance est bonne, le parcours sympa et l’organisation au top, je ne sais pas si tu peux imaginer ça mais les racines de pin qui dépassent, alors que nous traversons une pinède, sont toute marquées de peinture pour éviter que nous trébuchions dessus, si ça ce n’est pas être des coureurs gâtés alors quels autres coureurs du jour le sont?

Je croise Margaux en pleine négociation avec son petit dej’ …je papote et plaisante avec quelques coureuses.. je tape des petites mains d’enfants qui se tendent sur le bord de la route retrouvée…Royal! nous avons devant nous des routes larges et sans aucune voiture, ils assurent à la Grande Motte, nous sommes vraiment sur une épreuve confortable, avec beaucoup de bénévoles aux ravitos ainsi qu’ aux changements de direction…je poursuis mon chemin dans le confort, avec ma cheville qui n’a toujours pas décidé de se tenir tranquille, je gère ce problème du jour mais  je ne pourrais pas aller plus vite, néanmoins le rythme, meilleur que l’an passé sur cette même épreuve, me convient, je n’en demande pas plus, il y a juste un truc qui me chiffonne, je ne vois pas trop les kilomètres défiler, la course me semble longue, je regarde ma montre: kilomètre 8…seulement!  je continue et nous revoilà au point de départ, nous passons devant le camion Héraultais d’animation, passage de l’arche,  j’entends le speaker…et je réalise que nous allons devoir refaire un tour, voir un peu plus d’après les indications de ma Garmin…

capturestravapyramides2017

J’ai juste l’impression d’être là à courir depuis un siècle, pas de bol il va donc me falloir un siècle de plus avant d’en avoir terminé, voir un Peu plus si je considère que je n’ai jamais été douée pour le « négativ split » …mon moral fait un grand saut dans le vide et hasard ou voie de conséquence, c’est le moment que choisit ma cheville pour passer aux choses sérieuses…aïe, ouille, flut et zut!!!

A partir de là, le rythme diminue considérablement…j’ai mal et je ne veux pas souffrir plus, je continue comme je peux..après tout, je n’ai pas d’ambition chronométrique..je ferais probablement le même temps que l’an passé, tant pis…les virages en épingles à cheveux me sont pénibles, la montée sur un pont également mais je gère…et puis arrive cette fameuse ligne droite sur le front de mer, de 2 ou 3km de long, avec demi tour au bout pour bien voir les coureurs plus rapides et arrivant de face… et qui sont dans le bon sens, eux!  celle là pour le moral, elle est raide…je tape dans la main (en la ratant) de Jean-Michel qui galope rapidement de l’autre coté de la barrière…je gère, mieux que l’an passé où j’avais rouspété tout le long, et je compatis avec la dame derrière moi qui crie  aux coureurs d’en face sans plus de réponse que moi l’an dernier:

  « mais, il est où le demi-tour?  »  …

Une fois passé du bon coté j’encourage quelques coureurs… je vois Sylvie et sa compagne de course, tout sourire …

Au fur et à mesure que j’avance, ma cheville me fait de plus en plus souffrir, j’ai l’impression qu’elle a triplé de volume et je commence à être assez engourdie, le strap me comprime sans doute un peu trop, j’envisage l’abandon et je me ressaisie…pas pour longtemps…la douleur s’intensifie…je me fais doubler par plein de monde, c’est dommage, je ne me sens pas fatiguée plus que ça, mes jambes vont bien mais ma cheville est de plus en plus douloureuse, je ralentis, je ralentis, je passe le 19ème et sans réfléchir, je stoppe ma course…et c’est là que mon aventure commence, elle sera certainement sans intérêt pour toi ami lecteur, car cette aventure est si intérieure  qu’il va m’être très difficile de poser des mots dessus:

Je marche.

Et tout d’un coup je découvre que je ne suis pas seule sur ma route, je me fais doubler par une foule de gens….il y en avait du monde derrière moi dis donc…quelques uns m’encouragent, croyant sans doute que je fatigue…mais pour moi la course est terminée, je vais rentrer en marchant… 2km en marchant, c’est rien du tout mais ça va me prendre du temps, coach-chéri va se demander ce que je traficote…

J’ai le temps de cogiter..c’est la 1ère fois qu’il m’arrive un truc pareil en compétition  mais je l’accepte et ce n’est pas grave…pour moi la course est terminée, je vais rentrer à pied…mais…si je dois parcourir ces deux kilomètres en marchant sans que ça ne me pose plus de problèmes moraux que ça, il n’est cependant pas envisageable de passer l’arche en marchant…jamais de la vie, c’est non! je m’arrêterais avant l’arche, si il le faut je passerais une barrière de sécurité en l’enjambant, je rejoindrais le public, je ne sais pas trop comment je ferais mais il n’est pas question que je passe la ligne en marchant…la course est finie, j’abandonne parce que je souffre, je n’ai pas de problème avec ça mais on ne me verra jamais passer la ligne d’arrivée d’une course sur route en marchant…et il n’est pas question de me mettre à courir sur les 100 derniers mètres non plus, pour faire style, je ne mange pas de ce pain là, je veux rester droite dans mes Pegasus donc je ne passerais pas la ligne, j’abandonne….voilà où j’en suis pendant que je parcours le 20ème kilomètre à 10’30″/km…

Et tout à coup je réalise à quel point je me sens être une coureuse…je crois que jamais auparavant je ne me suis sentie aussi « runneuse dans l’âme » qu’aujourd’hui, alors que je suis présentement en train de marcher en boitant…je ne suis ni triste,ni déçue par ce qui m’arrive à l’instant, je considère que ça fait partie des aléas de la course à pieds, je l’accepte et je me félicite même plutôt d’être quasi toujours  épargnée par ce genre de désagrément..je fais un petit point en accéléré sur ma vie de runneuse quinqua et je trouve que je ne m’en sors pas si mal et c’est à ce moment précis, quasi à l’approche du 20ème kilomètre, que le bonheur d’être là m’envahit et que je me remets à courir….

capturestravapyramides20172

Je passe l’arche en runneuse heureuse, soulagée et fière d’en avoir enfin terminé, en  2h20 et des bananes, en temps réel (à ma montre)…

unnamed.jpg

capturechronococopyramides2017

capturechronololopyramides2017
et voilà un joli dégommage de RP pour coach-chéri…
Publicités

36 commentaires sur « Les pyramides 2017…CR…ou comment je suis devenue une coureuse dans ma tête… »

  1. Super CR Coco …. comme d’hab, quoi ! J’ai vécu la course avec toi !
    Et puis, marcher quand bien-même …. c’est toujours avancer ! Bises et à bientôt (MM, ça, c’est certain !)

    J'aime

    1. merci sylvie…ah mais j’espère bien qu’on se verra avant, il faut qu’on regarde le calendrier et qu’on se goupille une sortie avec votre équipe en mai si possible, par chez nous si possible bis …il faut juste trouver le temps de se pencher sur la question ;o))

      J'aime

  2. Juste extraordinaire, bravo Coco pur cette détermination que tu as en toi. Tu peux être fier de toi. Soigne bien la cheville et reviens nous vite plus en forme que jamais.

    J'aime

    1. merci rohnny…la cheville est présentement parfumée aux huiles essentielles et est emballée dans de l’argile verte , ce n’est pas qu’on a de drôles de moeurs ici mais aux grands mots les grands remèdes… je suis à l’arrêt mais plus pour longtemps, ça guérit gentiment …

      J'aime

  3. Joli mental Coco. Même si je dois avouer que je trouve la démarche étonnante…ne pas vouloir passer la ligne en marchant.
    Concernant le strap trop serré, ça m’est arrivé une fois…c’est peut être pire que la douleur contre laquelle on avait mis le strap…donc rien que pour ça, je salue ton courage d’avoir fini 😉

    J'aime

    1. normal, je pense, que tu ais du mal à comprendre ça, tu es un coureur d’ultra et sur les ultra j’imagine qu’il est relativement fréquent de marcher..sur route et d’autant plus sur une distance « courte » (courte avec des guillemets bien sûr) le but c’est quand même d’y aller en courant, nan? après je n’ai rien contre les gens qui finissent en marchant sauf que pour moi ce n’est pas possible, j’aurais enjambé les barrières mais je ne serais pas passé sous l’arche en marchant, mentalement ce n’était pas possible…j’ai un ego surdimensionné peut être, va savoir ;o))

      J'aime

      1. J’ai mis bcp de temps à accepter de marcher sur une course…..mais c’est vrai que maintenant ça ne me pose plus trop de problème….j’ai accepté le fait d’être un coureur moyen qui à besoin de marcher 🙂

        J'aime

        1. oui mais ça c’est sur du long, sur du court tu ne marches pas je pense…moi je ne suis même pas une coureuse moyenne, je suis une coureuse très médiocre (pour ne pas dire assez nulle) et ça ne me pose pas de problème, je l’accepte aussi et je fixe mes objectifs en fonction de ce paramètre…mais sur route, jusqu’à la distance marathon et sur du plat (je fais exception au Marvejols-mende) mon but c’est de courir … sinon ça va toi?

          J'aime

          1. Je dois reconnaître que tu as raison…jusqu’au marathon, sur route bien sûr, je rejette l’idée de marcher…..
            Petite aparté, tu es loin d’être nulle. Chacun son niveau, on à tous un parcours différent qui nois amène là ou on est. Il y à peu de quinqua qui font ce que tu font!!!
            Sinon, moi ça va. J’ai gagné un dossard pour le marathon de Nantes, donc je prépare ça tranquillement 🙂

            J'aime

  4. C’est aussi une aventure intérieure la course à pied, et seuls les coureurs peuvent le comprendre. On cogite beaucoup, c’est souvent l’occasion de faire son introspection, même en course même si c’est plus rare car l’objectif est lié à une distance à couvrir ou un temps à réaliser donc on passe plutôt en mode motivation. En lisant la deuxième partie de ton récit, j’ai pris conscience que ta mésaventure est pour moi inconcevable : la blessure c’est no way ! Même si je sais aussi que mon corps peut en décider autrement, mais avec le marathon en point de mire, le premier, je ne peux pas me résoudre à cette éventualité.
    Je ne sais pas si j’aurais eu ta force de caractère mais bravo d’avoir été au bout malgré tout et d’avoir pris la chose avec un certain détachement.
    Des jours meilleurs t’attendent !
    Bonne récupération.
    Céd

    J'aime

    1. merci…
      Mon secret, c’est l’acceptation… dans la vie de tous les jours et dans le domaine de la course à pieds, puisque c’est le sujet qui nous intéresse.. j’ai mis beaucoup de temps à comprendre ça…quand on accepte ce qui nous arrive on a alors beaucoup plus de force pour le combattre, en tout cas bien plus qu’en se disant « je ne veux pas de ça, je ne l’accepte pas » …du coup, j’ai vécu une expérience qui m’a pas mal enrichie je pense pour la suite de ma prépa et j’en suis bien contente…je pense reprendre d’ici la fin de la semaine, finalement c’est une manière comme une autre de prendre un peu de repos et un peu de recul, je suis en voie de guérison et reposée, tout va bien …

      Aimé par 1 personne

  5. Zut de zut, j’espère que ce n’est pas trop grave cette cheville. T’as prévu une visite chez l’ostéo ? Vu comme j’en chie depuis un an avec ma « petite » entorse je te conseille de bien faire gaffe.
    En tout cas sacré mentale, comme toi j’aurai vraiment eu du mal à passer l’Arche en marchant !

    J'aime

    1. merci pour ton com, ça ma fait plaisir de te voir ici…non , pas d’ostéo, un remède maison à base d’HE et d’argile verte + un remède anti-douleur très efficace (tu l’as peut être vu sur insta mais je le remettrais ici sous peu de toute façon), concocté par coach-chéri , ça passe gentiment mais surement, d’ici 2 ou 3 jours, il n’y paraitra plus, pour le moment ça va bien comme ça, j’aviserais si ça dure trop longtemps ..

      J'aime

      1. Oui je ne traine plus trop sur les blogs de course à pied, ça me frustre tellement de ne pas pouvoir courir… Le remède me dit quelque chose effectivement, mais je pensais plus à faire attention au séquelles de posture, en ce moment si j’ai un tfl c’est en grande partie à cause de ma cheville mal soignée…

        J'aime

        1. tout est lié en effet mais pour ma part, l’argile verte remet bien les choses à leur place en règle générale…le TFL, j’y ai eu droit, il y a un moment maintenant, des deux cotés (pas en même temps heureusement) pour ça la genouillère ZAMST RK 1 est miraculeuse, un peu chère mais c’est grace à ça que j’ai tout de même pu courir mes deux premiers marathons, je complétais par des étirements spécifiques et des mélanges d’HE…l’ostéo je n’y vais plus qu’à la suite de mes marathons, pour le reste je me débrouille toute seule, pour le moment ça fonctionne bien comme ça

          J'aime

  6. Bonjour, quelle belle narration, c’est tellement vrai ce que tu écris…pour avoir vécu ce genre de monologue avec « moi-même », tu verras tu va ressortir de cette expérience encore plus forte et, ça ira de mieux en mieux, récupère bien et soigne toi bien, je vois que c’est en bonne voie, bonne continuation.

    J'aime

    1. Merci Christine…c’est exactement ça , je me sens plus forte d’avoir pu dépassé ce truc là pendant l’épreuve, en d’autres temps je l’aurais peut être très mal pris, je me serais peut être lamenté sur mon sort mais là ce fut le contraire, j’en suis carrément heureuse malgré le fait que je sois à l’arrêt pour quelques jours, c’est te dire…. ;o))

      J'aime

  7. La magie de la course à pied a opéré !!!
    J’imagine qu’il s’en est passe des choses dans ta tête pendant toute la course (enfin je veux dire, encore plus que d’habitude ;))
    Me reste plus qu’à te féliciter pour ne pas avoir abandonner comme tu avais prévu de le faire !!!!
    Bravo a coach-chéri qui réalise un très beau temps et un nouveau RP !!!

    J'aime

  8. Sacré mental Coco. Des fois on a envie d’abandonner pour x raisons surtout pour blessure mais le corps refuse et continue de courir machinalement parce qu’au fond, avec tout les entraînements et les préparations effectués, on ne l’a pas appris à abandonner. C’est exactement ce que je ressentais à mon premier marathon, en lisant ton CR, je revivais ces heures penibles qui me paraissaient des jours entiers et à chaque fois que je votait un coureur qui lâchait je me disais le prochain c’est moi mais après l’arbre qui est là bas, apres le pont là bas etc…
    Bravo pour ce mental et ce joli compte rendu et soignes toi bien. Bises à vous deux.

    J'aime

  9. Bonjour, je découvre ton blog avec ce CR… Très belle ta détermination sur la fin de course, et aucune honte à avoir dû marcher, même sur un semi. Il aurait été dommage de ne pas passer la ligne, surtout que ton objectif premier, si j’ai bien compris, est un marathon dans quelque temps. Soigne-toi bien !!!

    J'aime

    1. Bonjour anilem54 et bienvenue sur mon blog, merci pour ta visite et ton commentaire…Effectivement , l’objectif primordial c’est le marathon d’Albi fin avril, un peu à l’arrêt depuis quelques jours, je pense reprendre ma prépa demain ou jeudi …au plaisir de te lire ;o))

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s