le temps qui passe n’empêche pas de courir…8896 km plus tard…

Trois ans, 8 mois et 5 jours ont passé depuis ma toute première épreuve

Je m’étais déjà essayé à l’écriture d’un premier gribouilli sur le sujet du temps qui passe, j’avais réitéré l’exercice quelques mois plus tard et  ma réflexion ne se tarissant pas, en voici donc un 3ème …

8896 km plus tard, Qu’en est-il aujourd’hui de ma réflexion quand à mon moi-runneuse désormais quinquagénaire?

Il est bien évident que depuis mes « débuts » j’ai effectivement pris presque 4 ans dans les dents, ça je ne peux pas le nier…les marque du temps s’impriment plus vite une fois la cinquantaine passée, tout  s’accélère (sauf mon tempo), au propre, comme au figuré…mon visage, déjà façon tête de piaf, s’est creusé un peu plus à force de cumuler les kilomètres, mes pieds qui n’étaient déjà pas très beaux sont encore plus moches, et j’ai parfois bien du mal à me relever de mon tapis de sol ou à changer de position quand je me contorsionne sur mon foam-roller, ce qui me vaut quelques fous rire car mieux vaux ça, qu’en pleurer…Parfois je sens ma nuque qui grince et Clémentine, ma gentille ostéo trouve que je manque un peu de souplesse désormais…n’empêche que je fais toujours mes squats (entre autres) chaque matin avant d’aller courir, tout le monde ne peut pas en dire (ou en faire) autant alors je ne me plains pas…

Oui, j’ai pris 4 ans dans les dents mais ça ne me dérange pas, au contraire, car pour moi c’est toujours autant le fun de vieillir en courant, on en apprend tant sur soi lorsque l’on est en mouvement…plus le temps passe, plus je cours…plus je cours et moins je me blesse…j’en suis là parce que j’accepte ma VMA qui n’est plus celle de ma jeunesse, ce qui ne m’empêche pas de travailler à la rendre un peu meilleure, au mieux… ou au pire, à faire en sorte qu’elle ne dégringole pas trop…

Courir n’est plus un défi mais une routine journalière…mon défi, est ailleurs, il est de continuer à prendre du plaisir en courant tout en acceptant de progresser autrement que par le chrono…il pourrait m’être douloureux de me dire que courir un marathon en moins de 4h ne m’arrivera probablement jamais ou  qu’un RP de 57′ et des bananes sur mon dernier 10km laisse peu de marge pour ne jamais plus me voir repasser au dessus de l’heure, mais je suis bien trop heureuse d’avoir la possibilité de courir aussi assidument pour gâcher mon plaisir avec des considérations chronométriques qui n’ont d’importances que celles qu’ont leur accorde…

Je me félicite chaque jour d’avoir pris ce chemin de vie, qui me conduit jour après jour, à la rencontre de moi même, chaussée de mes runnings…à la rencontre de moi même mais pas seulement… à la rencontre des autres aussi, car sortie après sortie,à traverser plusieurs fois par jour les ruelles et les chemins de vigne de mon village, je tisse du lien social, j’ai plutôt le run heureux… à la rencontre de mon couple également puisque coach-chéri et moi même partageons désormais le même plaisir à courir…

Au fond, l’age n’a plus aucune importance pour moi, j’ai totalement assimilé et accepté le fait que je suis sur une pente légèrement savonneuse et qu’il me sera impossible de remonter le temps…et  ce qui compte pour moi aujourd’hui c’est de quelle manière je me comporte sur ce chemin là, celui qui conduit à ma propre vieillesse déjà un peu amorcée et à ma propre mort….Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour courir encore et encore, peu importe à quelle allure, du moment que je cours, jusqu’à la fin…Coach-chéri m’ayant rejoint sur ce terrain de jeu nous avons désormais des projets communs liés à la course à pieds, comme par exemple,  participer à un 6h l’an prochain… le dernier projet en date, étant de courir un marathon en 2053, lui aura 83 ans, moi 88 et nous tenterons de passer la ligne d’arrivée main dans la main…

8896 km plus tard, voilà où j’en suis dans ma pratique sportive…du plaisir, du fun, de la sérénité et pas mal de projet running à réaliser….je continue à penser que vieillir n’empêche pas de courir…

Publicités

8 commentaires sur « le temps qui passe n’empêche pas de courir…8896 km plus tard… »

  1. Super billet dans lequel je me retrouve quant à l’envie de courir (malgré ma maigre expérience). Il n’est pas aisé de mettre des mots sur notre envie de courir. Très émouvant, j’espère pouvoir en faire autant que toi au même âge 😊. Je vous souhaite de très nombreux kilomètres heureux

    J'aime

  2. Comme le billet est beau et touchant, je me suis promis de ne faire aucun commentaire sur les santiag… 🙂
    Bravo à vous 2 en tout cas pour ce chemin que vous prenez ensemble avec sourire….ce sourire est contagieux et se propage un peu plus à chaque article (je savais même pas que je pouvais écrire des trucs comme ça 🙂 )

    J'aime

  3. Superbe billet en effet sur le temps qui passe et moi aussi je m’y retrouve bien… Le principal ce n’est pas d’être heureux dans ce que vous faites? Et de ce coté c’est plustot le bonheur donc… Bonne continuation a vous deux et je serais présent en 2053 pour vous féliciter sur la ligne d’arrivée…

    Aimé par 1 personne

    1. merci de ton soutien rohnny…
      Ah!!!! mais c’est qu’ il va y avoir du monde à l’arrivée de ce marathon…on t’as dit que ce serait à Boston? cf une discussion sur twitter initiée par coach-chéri et qui est parti dans tous les sens (la discussion, pas coach-chéri..encore que…) 😂😂😂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s