Semi-marathon du pont rouge 2017…CR…

Je ne vais pas te raconter kilomètre par kilomètre ce semi-marathon…Il y faisait chaud, très très chaud, si bien qu’un copain des JCT présent ce jour là l’a surnommé lors d’une conversation récente « le semi de la fournaise »…ce petit nom résume assez bien la situation…

Dés notre arrivée ce fut la bonheur…le bonheur d’y retrouver les copains de « je cours toujours » …il fait encore frais à 8h du matin, l’ambiance sur le site de la course est très conviviale, nous récupérons rapidement nos dossards (avec puce) et nos t.shirts (à nos tailles car spécifiées au moment de l’inscription), un tube de gel Isostar ainsi qu’un code d’accès pour visualiser les photos officielles mises gracieusement, en téléchargement libre, à notre disposition  …

Échauffement collectif pour les uns….échauffement solitaire à travers les ruelles de Sérignan pour les autres…et multi-passages compulsifs au pipi-room pour moi …

L’heure du départ approche, nous voilà dans nos SAS respectifs, « plus de 2h » en ce qui me concerne…la température grimpe, tenir l’AS 3h (6’25″/km) pendant 21km, de ce temps là et seulement 3 semaines après le marathon d’Albi me parait très improbable…le coup d’envoi est donné…

 

 

Je pars aux cotés de Jean-michel et Sylvie…je les talonne…6’12 », 6’24 », 6’17…ils vont un peu trop vite pour moi, je ralentis légèrement…ils me déposent sur place…je parcours le 4ème kilomètre en 6’44″…je me sens moyennement bien et je sais qu’il va me falloir ralentir encore si je veux finir cette course en un seul morceau, car au fur et à mesure que j’avance, la température extérieur grimpe…alors quitte à ne pas pouvoir atteindre l’objectif initial sans y laisser ma peau (traduire sans y laisser mon gout pour le running) je me cale à une allure qui me va bien, façon sortie longue du dimanche…j’approche du 5ème kilomètre et je rejoins Sylvie qui n’est pas au mieux de sa forme…nous ferons un bout de chemin en mode yoyo…on se perd, on se retrouve, on se reperd…mais la chaleur aura eu raison de Sylvie, elle m’annonce qu’elle s’arrêtera au 10ème km…tout autours de nous, la chaleur est tellement intense que quelques autres coureurs pensent certainement faire de même…je sers les dents et je continue ma route, doucement, sans accélération intempestive, sans me me laisser distraire ni emporter par la difficulté à respirer de quelques uns…à courir trop vite de ce temps là, on ne va pas loin, je le sais alors je garde mon rythme…quelques jeunes gens s’accrochent à moi à tours de rôle, mais j’entends à leur souffle que malgré mon allure de limace sous Lexomyl, si moi je suis de mieux en mieux sur le plan du mental et sur le plan de l’aisance respiratoire, pour eux c’est une autre paire de manche…ça décroche et ça laisse sa place au suivant…du coup je ne cours jamais seule, c’est assez rare en ce qui me concerne et c’est assez grisant…j’encourage les uns, je plaisante un peu avec les autres, je me sens euphorique et je dois bien être la seule…si tu savais comme je me fous éperdument du chrono à ce moment, je suis juste bien là, à courir doucement un semi-marathon par 35°… je m’arrête à tous les ravitos pour prendre des barres énergétiques que je stocke dans ma ceinture (ce sera pour coach-chéri tiens, je sais qu’il aime ça) et des petites bouteilles d’eau qui me servent de douches portatives…des villageois ont installé des tuyaux d’arrosage par dessus leur grillage ou des arroseurs qui tournicotent sur leur terre pour que nous puissions nous rafraichir et crois moi, je ne m’en prive pas, je m’arrête sous les jets d’eau et c’est juste l’éclate parfaite, je me fiche toujours éperdument du chrono, je suis assez régulière à  cette allure d’escargot à moteur, je suis à plus de 7′ au kilomètre, heureuse…

Autours de moi c’est l’hécatombe par contre, à partir du 10ème km on se croirait juste au 30ème d’un marathon…des qui semblent avoir abandonné, des qui marchent, des qui soufflent fort, des qui souffrent aussi…et puis des camions de pompiers qui retentissent sans discontinuer…je garde le cap, je continue ma route sans me laisser démolir par mon empathie, j’avance, doucement et heureuse….

Me voilà à un ravito derrière lequel se trouve une barrière …derrière celle-ci des coureurs ayant pris un virage en épingle à cheveux et qui sont donc dans le classement devant moi (j’évalue mon arrivée aux environs de 2h30) …voilà l’apparition surprise de Philippe que j’imaginais déjà au delà de l’arche d’arrivée, il m’informe qu’il est dans le dur depuis deux heures, je réalise que la course est difficile pour tout le monde…quelques secondes plus tard c’est coach-chéri qui m’appelle de l’autre coté du chemin alors que je le pensais déjà arrivé également…ça me rend toute guillerette, non pas qu’il soit dans le dur, mais de le voir, tout simplement…

Capturecocobrasauciel

Je vais courir la dernière demi-heure en ne gardant que le positif de la situation…les bénévoles adorables, les jeunes qui s’accrochent à moi en me permettant de papoter un peu et donc de me distraire…tiens mais au fait j’ai le gel offert par l’orga, je ne prends jamais ce genre de produit, c’est l’occasion d’essayer, pas mal à part un gout de trop peu…des jets d’eau encore, chouette…je suis tellement trempée que mes chaussures font floc-floc, ça me donne envie de rigoler…voilà une relance dans un  chemin sablonneux, un passage dans un souterrain, une passerelle qui bouge à chaque pas, le parcours est varié, je ne m’ennuie pas …il y a des photographes un peu partout…voilà une jeune femme qui n’a plus d’eau et qui se régalera du contenu de ma gourde remplie de boisson iso, si chaude mais tout de même salutaire…nous ferons un bout de chemin ensemble, je n’ai plus ni trop chaud, ni trop soif, tout va bien pour moi, elle peut finir mon aptonia…je continue ma route…j’aperçois au loin Jean-Michel, j’arrive à sa hauteur, je le double…il reste deux kilomètre, ça va le faire, je me sens bien, je n’ai pas spécialement hâte d’arriver…

Je passerais l’arche en 2h33 et des bananes, sous les clameurs du public et des copains,…c’est là, sans conteste, le semi le plus lent de tout ceux qu’il m’ait été donnée de parcourir jusqu’à maintenant mais je n’en garde que du bon…un parcours très joli et plat, une orga au top, des bénévoles charmants, des ravitos conséquents, et du plaisir tout le long même dans les moments les plus délicats, sans parler du joli  t.shirt en dotation, pour une fois à ma taille, que demander de plus?

sérignan5

L’after était pas mal aussi avec une pizza dégustée sur place et un plouf dans l’eau glacée de la plage d’à coté…Bref, que du bonheur, rdv pris pour l’an prochain…

Publicités

10 commentaires sur « Semi-marathon du pont rouge 2017…CR… »

    1. merci mary, oui je crois que tu en sais quelque chose, on était presque « mourrus » …les 3h se dérouleront un peu dans le même esprit que ce semi car au mois de juin ici il fait forcement très chaud aussi donc on fera ce que l’on pourra, on ira pour le plaisir ;o))

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s