20km de Montpellier 2018…..heureuse!!!

Nous avons pris le départ, ce dimanche 25 Novembre 2018, des 20km de Montpellier…ce fut une 2ème participation pour ma part, la première remontant à 2014, elle s’était d’ailleurs terminée sous la pluie comme celle dont il est question ici….

Je n’avais pas d’autres objectifs que de vivre bien ma course, 1 mois après le marathon de Toulouse et galérant comme pas permis sur la distance semi depuis mon tout premier marathon (novembre 2015) j’avais depuis longtemps fait  le deuil de mes premiers chrono sur ce format de course car si j’arrive encore sans trop de problème à maintenir l’allure sur un 10km (+ ou -57 minutes) il n’en est rien sur les semis que je ne prépare d’ailleurs jamais spécifiquement puisqu’ils sont toujours positionnés dans mes planning de course, soit en épreuve d’avant marathon, soit en épreuve de récup’ post marathon…bref, le semi et moi, ça fait 2…rappelons tout de même que celui ci n’est pas tout à fait un semi puisqu’il ne fait que 20km mais quand on aime on ne compte pas…

Plutôt que de te détailler l’épreuve kilomètre par kilomètre, je vais plutôt te parler de ce qu’il s’est passé en amont pour moi ainsi que de mes sensations pendant la course…

J’ai ramé comme pas permis après le marathon d’Albi (avril 2018) et puis j’ai changé mon fusil d’épaule en me plongeant dans la méthode Cottereau…j’ai ensuite fait (entre autres) le marathon de Toulouse (octobre 2018) avec un résultat chronométrique bien moisi mais avec une envie de poursuivre l’aventure running au top…

Ensuite, je me suis mise à nu face à moi même, je me suis dépouillée de beaucoup de principe, d’envie, de prétention et j’ai couru…juste couru… quasi tous les matins, sans me prendre la tête, en endurance et une ou deux fois par semaine en résistance douce (je dirais au seuil, pour faire simple) ainsi qu’une fois par semaine, le soir, à la frontale avec coach-chéri, qui m’incite donc ainsi à mettre un peu de peps dans mon entrainement en endurance….j’ai fait quelques ajustements dans les conseils de S. Cottereau pour qu’ils collent au plus près de ma réalité quotidienne et au fil des semaines j’ai ainsi renoué intensément avec le plaisir de courir, tout en redynamisant ma foulée, à l’insu de mon plein gré…

Le temps a passé et le coup d’envoi du 20km de Montpellier 2018 fut donné…

Je suis partie absolument sereine, légère et détendue et dans un premier temps je me suis donné pour consigne de ne faire attention qu’à mes sensations…Je ne regarde pas l’allure, à peine le cardio  et pour  le kilométrage parcouru je ne m’en préoccupe pas…je me suis promis de faire du mieux possible sans sacrifier mon intégrité physique, ma vitalité, mon envie de continuer à courir après cette épreuve..

J’ai donc checké des petites mains d’enfant… j’ai plaisanté avec une fine équipe poussant une Joëlette… j’ai rigolé avec Mathéo, champion de l’univers surmédaillé du 20km, assis dans ladite Joëlette… j’ai encouragé un certain Benoit qui peinait et rouspétait derrière tout ce petit monde… j’ai levé un sourcil en guise de remerciement quand un bénévole me disait de ne rien lâcher en fin de parcours… j’ai ignoré les automobilistes mal embouchés poursuivant ma route coute que coute… j’ai donné quelques encouragements à mes collègues de fin de pelotons… j’ai engueulé copieusement deux piétonnes sur un minuscule trottoir qui, me voyant arriver en face d’elles en cette fin d’épreuve difficile, n’ont pas eu l’idée de se pousser d’un centimètre pour me faciliter la vie… j’ai suggéré à un coureur à mes cotés, jurant de désespoir, de cesser de  regarder au loin, là où l’on voyait le haut de la cote se présentant à nous… j’ai veillé à rester détendue et  à bien m’hydrater à grande gorgée d’Aptonia, à chaque point de ravitaillement tout en marchant…et j’ai pris une grande décision au cours de ce périple bien vallonné (environ 240m de D+) que je me suis donc répété en boucle, tel un mantra:

« pour le moment tu gardes la cadence et dans les 5 derniers kilomètres, ma cocotte, tu fonces…ouaip! « 

Et c’est ce que j’ai fait….Après presque deux heures d’effort soutenus sur ce parcours en montagne russe, peut être encore plus redoutable pour moi dans les descentes que dans les montées, j’ai chassé ma fatigue au dernier ravito en respirant à fond…j’ai rechargé mes batteries mentales et physiques (surtout mentales en fait) et j’ai annoncé à mes co-équipiers d’un jour qui se trouvaient à coté de moi depuis un bon moment qu’il était temps désormais de ne plus penser qu’à accélérer et puis je suis partie comme une balle, au revoir tout le monde et à la prochaine…

Au final, j’ai retrouvé à quelques secondes près (en mieux) le chrono d’il y a 4 ans, celui de  quand je courais à perdre haleine, bien avant mes entrainements marathon à rallonge et  alors que j’étais bien plus jeune (après 50 ans, en course à pieds, les années comptent souvent double, surtout quand on a commencé tard et qu’on n’a aucune aptitude particulière pour cette discipline)…4 ans que j’attendais de retrouver mon rythme de base qui , bien qu’il soit somme toute très modeste n’en est pas moins bien meilleur que celui qui m’a porté sur bon nombre de semi ces dernières années, semi que je ne finissais plus que rarement en moins de 2h30…

Je passe l’arche en 2h10 en temps réel (soit  2h11 en temps officiel)  je te fais grâce des secondes ( à mon niveau, on s’en moque) sur un parcours très vallonné, un mois après un marathon et sans aucune préparation,  ça me va…

Mes entrainements à la sauce Cottereau semblent porter un peu leur fruits…to be continued…

détail de ma course; ici : Garmin Connect


Publicités

10 commentaires sur « 20km de Montpellier 2018…..heureuse!!! »

  1. Bonjour,
    Bravo !
    Merci de nous rappeler que pratiquer la course à pied est avant tout pour se faire plaisir et se maintenir en forme.
    Les conseils de Monsieur Serge Cottereau restent judicieux et bien utiles à de nombreux amoureux de l’effort pédestre.
    Pour ma part, je continue d’être sur différents parcours (trail, trail urbain etc..), Cette année 2018, j’ai voulu préserver le master 3 en effectuant que des compétitions de 15 km maxi. J’ai eu le plaisir de faire encore (mais cela se compte sur les doigts d’une seule main) le 1er master 3. Peu importe ce détail, mais je suis heureux de pouvoir apprécier ces beaux moments de sport et de convivialité où l’on croise des gens rayonnants. Bravo à tous, peu importe le chrono, vous êtes de ceux qui le font alors que beaucoup ignorent cette satisfaction de l’avoir fait.
    Bon , suffit le blabla, je vais faire une sortie car dimanche un trail de 14,5 km en forêt de la Coubre – Tremblade (secteur de Royan) va m’offrir une nouvelle fois un bel instant de VIE.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s