Pacha, notre nouveau compagnon de running…

Nous avons perdu cet hiver, notre chienne âgée, avec laquelle j’ai beaucoup couru, roulé à vélo et randonné lorsqu’elle était plus jeune…très peinés, nous nous sommes tout de même mis en quête d’un autre chien dans les jours qui ont suivis le décès de Djina et notre choix s’est arrêté sur une race un peu à part et somme toutes assez rare dans les foyers lambda, le petit berger des Pyrénées ou labrit…je voulais un chien énergique, il l’est, je voulais un chien rustique, il l’est, je voulais un chien endurant, il l’est, je voulais un chien capable d’apprendre vite, il l’est , je voulais un chien ayant le mental d’un chien coureur de fond, il l’a…

Alors âgé de 3 mois et une semaine, Pacha est arrivé dans notre foyer, le 2 décembre 2019 …quasiment de suite nous avons commencé très progressivement à le faire participer à nos sessions running, par petite touche mais très régulièrement…d’abord 200m puis 500m, puis 1km, etc, avec moi, avec coach-chéri, ou avec nous deux ensemble, en surveillant attentivement sa récupération, ses envies d’y retourner, sa motivation et le plus important ses articulations et l’harmonie de sa croissance et tout s’est parfaitement bien déroulé pour lui comme pour nous, en dépit du fait que nous avons là un petit chien très très fougueux, méga énergique et complètement foufou…

Ce petit chien a très vite associé nos tenues de course aux sorties en cani-jogging et très rapidement il est devenu de plus en plus ardu d’enfiler nos shorts et nos pégasus sans pour autant projeter de l’emmener avec nous…à l’heure où j’écris Pacha a 9 mois et est encore en croissance donc nous faisons en sorte de le ménager encore un peu en adaptant nos distances mais aujourd’hui, 10 km courus rapidement avec coach-chéri ne l’épuisent plus assez pour le décourager de m’accompagner également le lendemain… il faut donc parfois lui dire « non, aujourd’hui c’est non! tu es fatigué, tu dois te reposer… »

Pacha court donc avec nous en règle générale 4 fois par semaine …il randonne à nos cotés en moyenne montagne aussi et se baigne désormais régulièrement en méditerranée après son jogging dominical sur le front de mer de Narbonne Plage…

Pacha sera dans quelques jours équipé d’un harnais de sport et d’une vraie laisse de running, histoire de canaliser un peu son énergie qui est tout de même très débordante (ce n’est rien de le dire) …j’envisage un de ces 4 de participer à une course officielle avec mon chien quand les mesures sanitaires du moment seront levées et que nous pourrons à nouveau accrocher des dossards sur nos T.Shirts…

Less is more…ou l’art du Cottereau training retrouvé…

J’étais en fin de prépa des 6h de Sigean lorsque l’épreuve fut annulée pour cause de pandémie et comme tout le monde j’ai du me plier aux consignes sanitaires en vigueur…à cette période là et depuis plusieurs mois en fait, mes allures à l’entrainement étaient à peu près aussi basses que le PIB du Burundi….j’ai donc rapidement retrouvé un peu de rythme puisque je ne courais plus qu’une quarantaine de kilomètre par semaine contre parfois plus de 100 lors de mes prépa marathon ou autre…j’ai décidé d’entendre le message que m’envoyait le ciel pour continuer sur ma lancée après le confinement…je n’ai donc pas dépassé les 42 km par semaine depuis le 17 mars , je garde ce rythme même avec cette nouvelle liberté de circuler et je m’en porte très bien…je cours heureuse à nouveau….

J’ai donc encore une fois changé mon fusil d’épaule, j’ai décidé de m’adapter au temps qui passe, je récupère beaucoup moins bien depuis un an, c’est indéniable, alors fini les les années à 4000 bornes, je cours désormais de façon raisonnable, moins longtemps, moins souvent et j’ai ainsi retrouvé mon rythme des sorties en endurance d’antan qui sont de nouveau courues à des allures acceptables (pour moi)… en tant que runneuse je revis, mes sensations sont au top et mon cardio aussi, comme quoi, à chaque chose malheur est bon pourvu qu’on s’en donne les moyens et qu’on y réfléchisse un peu…

Je reste persuadée qu’en vieillissant il faut être encore plus attentif à nos signaux personnels, on ne peux pas être et avoir été, il est naturel que la cadence ralentisse, naturel que la récupération soit plus aléatoire, c’est à ce moment précis où l’on se rend compte que les choses ne tournent plus comme on le voudrait qu’on se doit de réagir, pour ne pas se blesser, ne pas se fatiguer plus que de raison et continuer à courir dans la joie et dans la bonne humeur…

Le fait qu’il n’y ait plus d’épreuve chronométrée en ligne de mire m’a, comme tout le monde, beaucoup contrarié et puis je me suis dit que finalement, ce temps de pause me permettrait sans doute de redéfinir les contours de mes prochains challenges…repasser sous l’heure au 10km ? je ne parle pas de battre mon record sur la distance mais repasser sous l’heure me rendrait heureuse … retrouver mes chronos d’avant sur semi ? (les derniers étaient tous courus en mode prépa avec des temps abominables) ou rempiler sur les courses horaires qui somme toute me réussissent plutôt bien mais me demandent néanmoins un temps de récupération que je trouve très très long…je sais qu’il me faudra choisir et je n’ai pas de réponse pour le moment alors …Carpe Diem…

J’ai aussi profité de cette remise en question presque imposée par le confinement pour aller un peu plus loin dans ma démarche qui consistait avant tout à retrouver l’allant, l’envie, le plaisir de courir, ce qui pour moi passe prioritairement par un tempo raisonnable …je me suis rendue compte des petits dégâts cellulitiques infligés par les années , j’ai mis les bouchées doubles sur les squats matinaux et autres pompes et je suis repassée à l’alimentation qui m’a si bien convenue pendant plus de dix ans et qu’un beau soir d’été j’ai fatalement renié, faible humaine que je suis, face à une pizza au fromage…et hop! me revoilà végétaLienne stricte, mes cuisses de mouche sont contentes et me le font savoir lors des entraînements…fini les coups de moins bien, les murs au 3ème kilo d’une sortie de la loose, les crampes, les jambes lourdes et autre bobos de runneur bigorexique surentrainé ahahah!!!

Pour résumer, je cours moins, je cours mieux, je cours beaucoup plus heureuse, ceci est mon bilan runnesque post-confinement…elle n’est pas belle la vie?

Les 100 km de Pia, version 50km …

Je me suis préparée pour cette épreuve, qui avait lieu début novembre 2019, avec un simple plan marathon Hanson, le « beginner » pour me ne pas trop me charger et pour lequel coach-chéri m’avait calculé les allures d’entrainement, plutôt basses, pour ne pas me cramer…J’ai abordé cette course exactement comme j’avais abordé mes précédentes courses horaires puisque elle se déroulait sur un circuit de 10km , le but étant de la finir, peut m’importait le temps que j’y consacrerais puisque de toute façon l’épreuve initiale était ouverte pour 24 heures avec une majorité de partants pour le 100km, finir heureuse et en relatif bon état était ma seule motivation…la grande majorité des coureurs étaient là depuis la veille, l’organisation ayant mis à disposition des participants une pasta-party de veille de course, des dortoirs sur place et de quoi prendre un petit déjeuner, mais pour nous ce n’était pas possible, avec deux chats et 1 chien à demeure, nous avons opté pour un trajet au petit matin…

Le coup d’envoi fut donné à 8h pour environ 200 coureurs, dont, il me semble, une majorité sur le 100km…l’ambiance, comme sur toutes les épreuves en circuit auxquelles j’ai participé, était conviviale, personne ne stressait, tout le monde était cool, rien à voir avec les départs de marathon ou autres 10km…notre ligne de départ imaginaire se trouvait autour d’un stade, sur l’herbe …il y avait là quelques têtes connues comme Patrick-Pierre déjà croisé sur d’autres course, la copine Karine et son Chris chéri, et même Valmente, populaire sur sur les Réseaux sociaux…

Je n’ai pris ni gourde, ni camelbak, j’ai juste prévu une bouteille d’Aptonia déposée sur une table au stade, j’ai suivi les conseils judicieusement donnés par Patrick-Pierre aux 6h du Lauragais, pas besoin de s’alourdir sur ce style d’épreuve, un ravito tous les 5km suffira amplement, de plus ce ravito marquera la moitié du circuit ce qui pour moi sera un bonus psychologique , surtout en fin d’épreuve, il y en avait un autre au point de départ et alors que je ne m’arrête que rarement aux ravitos des courses sur route, crois moi, je m’en suis donné à coeur joie sur ceux là…

J’ai parcouru les deux premiers tours en papotant avec une participante puis mon rythme étant peu adapté au 100 km qu’elle prévoyait de boucler, nous nous sommes souhaité bonne chance, chacune retrouvant son rythme adéquat….ce qui est génial avec ce style d’épreuve , c’est que nous y croisons sans cesse des coureurs qui ont déjà fait leur demi-tour et les encouragements fusent alors de toute part , bienveillants….j’étais bien, très très bien et puis forcement c’est devenu un peu plus difficile au fur et à mesure, j’ai alors entrepris de tenter une expérience, puisque je suis une adepte d’une pratique ancestrale hawaienne qui consiste, je la résume ici , à réciter mentalement et en boucle un court mantra, je me suis mise à le réciter tout en courant , sans relâche, en me trompant quelques fois ce qui m’a occasionné quelques fous rires dans ma tête mais m’a surtout fait oublier que j’en avais encore pour de longues heures à courir…et tout est devenu plus léger, je n’ai pas accéléré, je n’ai pas fait de miracle, je ne me suis pas téléporté en deux seconde au bout de mes 50km mais tout est devenu mentalement et physiquement beaucoup plus agréable…

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 73554696_2569561553330418_8321189279879397376_n.jpg

Je n’ai négligé aucun des ravitos, mais un peu saturée de l’Aptonia et ayant senti à un moment donné que je commençais à m’endormir un peu et que j’avais besoin de caféine, je décidais alors de changer mon fusil d’épaule…pour moi ce qui fonctionne bien sur ce genre d’épreuve c’est le mélange 50/50 eau-coca, j’ai continué ma course avec ça puis j’ai commencé à avoir très faim…je sais que boulotter en courant n’est pas des plus judicieux mais des morceaux de gâteau me faisant de l’oeil au ravito alors pourquoi se priver? …donc je mange, je bois, je m’étire et je repars en direction du stade, une fois là-bas, je n’ai qu’une idée en tête, continuer même si c’est dur puisque dans 5 bornes #yadugateau….forcement, arriva un moment où le dernier bout de gâteau avait été englouti par un coureur plus rapide que moi, tant pis….

Je cours depuis une éternité, je croise chéri après avoir quitté le ravito du 5ème kilomètre, lui s’en approche, normalement il devrait me doubler sous peu puisqu’il court plus vite que moi mais ça n’arrivera jamais…je m’inquiète puis me voilà rendue pour la dernière fois au stade de départ, j’ai encore un tour à faire, soit 10km et toujours pas de chéri…

Je passe le 42ème kilomètre si symbolique, très lentement en 5h36 (à peu près et de mémoire) et je trouve finalement rigolo qu’il ne se passe rien…. je continue ma route , je commence à être vraiment dans le dur, à ce moment là, il faut bien le dire, je vois un peu la vierge à chaque kilomètres parcourus, c’est à peu près à cette période de mon épreuve que Karine déboule en face de moi en se marrant puis s’arrête pour me faire un gros hug qui je dois bien le dire m’a remise un peu sur pied..

8km! il me reste 8 petits p****n de kilomètres de rien du tout!!! mais ce sont bien sûr les plus durs, crois moi, , je récite mon mantra en boucle, je reste ouverte aux encouragements des mes copains de galère et j’essaye d’en donner aussi à qui croise ma route mais dieu que c’est dur! « vamos, vamos » je me fais doubler par de sympatiques espagnols qui m’encouragent, je fais quelques pas en marchant parfois mais finalement c’est presque plus difficile qu’en courant..je n’ai plus de mollet, plus de doigt de pieds, et j’entendrais presque mes adducteurs craquer tellement ils tirent, j’ai franchement pas envie de rigoler à ce moment précis, j’ai le sentiment que ça ne finira jamais…et puis ça se termine enfin, je rentre dans le stade…j’aperçois karine et son mari , puis chéri qui a du se téléporter jusque là…je n’en peux plus…karine me rejoint et je parcours les derniers mètres à ses cotés et sous ses encouragements…on me dit que c’est fini, mais ma garmin ne m’affiche que 49km et des bananes , je suis dans ma bulle et je décide donc de continuer puisque je suis ici pour parcourir 50km …coach-chéri, Karine et Chris me font redescendre de mon nuage en hurlant de concert… ».reviens!!! c’est terminé!!! »…je stoppe ma course et je tombe dans les bras de Karine en pleurant…

Coach-chéri me dit que que que je suis resté longtemps dans les 3 premières féminines au scratch, mais que je me suis fait doubler sur la fin…après vérification il m’annonce que je suis tout de même 1ère dans ma catégorie d’âge et que je vais monter sur le podium, quelle bonne blague, je n’en crois pas un mot…jusqu’à ce que l’on m’appelle, je n’y crois pas…

A 54 ans, je viens de courir 50 km avec une jolie cerise sur le gâteau au bout du compte…je suis certainement la plus heureuses des coureuses à ce moment là, d’autant que les mois précédant cette épreuve ont été très difficiles pour moi sur le plan physique (rien à voir avec la course à pieds)…

Un jour je me suis dit que ce serait chouette de vieillir en courant, c’est ce que je fais, et je confirme, c’est très chouette!!!