La Marinade 2017…Mon Compte rendu…

L’avant course:

Coach-chéri n’aime pas arriver à la dernière minute au retrait des dossards alors nous arrivons…4h à l’avance…du coup on a le temps de récupérer sans stress nos dossards et t.shirts,  d’aller boire un coca en terrasse, d’aller manger une petite collation, de tourner-virer dans Ste Marie et d’aller admirer les vagues déchainées qui se brisent sur la plage…et cerise sur la gâteau nous sommes les 1ers à poser devant la Magic Selfie Box, nous repartirons avec un tirage papier instantané, cadeau de l’organisation  fort sympathique (photo d’illustration de ce billet)

Vu la moiteur ambiante, dans un moment de punkitude, voilà que je vire ceinture cardio et ceinture porte-bidon, je veux courir light… Le vent s’est  bien levé mais qu’importe, la fête bat son plein, la fanfare met de l’ambiance, les bénévoles sont aux petits soins, tout est parfait, on rejoint la ligne de départ après un échauffement de 2km…un bisous à coach-chéri qui se place plus en avant que moi dans le peloton et c’est parti…

Si tu me suis depuis un moment tu sais combien il est difficile pour moi de m’amuser sur un 10km..c’est toujours violent, rapide, j’y suis toujours très très concentrée et il ne s’y passe jamais grand chose tant j’y suis à chaque fois  comme dans une bulle…Cette épreuve là aurait du ne pas faire exception mais c’était sans compter ce jeune homme rencontré en chemin, qui m’a servi de lièvre et auquel je dois, sans conteste mon chrono du jour…

Alors voilà, le départ est donné et ça part très très vite, j’ai déployés mes antennes « anti-gadins » car la chaussée est étroite et le peloton très dense…je manque un banc en pierre de peu, je suis une miraculée du petit plot qui dépasse de sous le bitume, je pense un moment que vraiment, avec ma propension à me casser la margoulette, ce soir je ne suis  pas sur mon terrain de jeu favori mais qu’importe, j’y suis, j’y reste, je continue mon chemin en dépassant mes appréhensions et je bénis les bénévoles qui agitent leur petit drapeau rouge chaque fois qu’un obstacle se trouve sur notre route…

Mon AS 10, par temps frais, sans vent, sur un parcours roulant et après une préparation minutieuse serait idéalement à 5’45 », je garde cette allure cible en ligne de mire sans me faire trop d’illusion, je n’ai pas fait de prépa spécifique, le parcours est plein de relance, nous ne courons pas que sur du bitume, il fait chaud et le vent souffle fort, je sais que je ne battrais pas mon RP sur cette épreuve mais  repasser au dessus de l’heure n’est pas une option…

Je pars très prudemment à 5’58″/km… j’accélère un peu pour me maintenir à l’allure cible (5’45″/km) tout va bien, tout est sous contrôle…sans m’arrêter, je chope une bouteille au kilomètre 3 pour m’hydrater un peu et m’asperger par la même occasion, je relance  et je me maintiens comme ça jusqu’au 5ème kilomètre environ, mais les moitiés de courses me sont toujours difficiles à gérer, quel que soit le format de l’épreuve, à la moitié, immanquablement mon mental fait la trombine, je le sais alors je ne me laisse pas abattre mais je sais aussi que maintenir l’allure va me demander beaucoup d’effort …et c’est à ce moment là, à peu près, que me double un jeune homme…il se positionne devant moi, son allure est fluide, souple et comme je ne suis pas un lapin de 6 semaines, je vois bien, du moins je le présume (et il me le confirmera plus tard ) qu’il est en mode sortie du soir ultra cool alors que moi je suis en AS 10…il a pile l’allure que je veux atteindre (et maintenir), sa cadence est constante  alors je me cale sur ses talons pour m’abriter du vent et je poursuis mon effort, de temps en temps je viens à sa hauteur et nous finirons par engager la conversation…il a, semble-t-il, bien compris mon petit manège et parait  être Ok pour me servir de lièvre un moment, ce qu’il fera pendant les 3 prochains km, un petit coup d’œil derrière son épaule pour s’assurer que je le suis toujours, une bouteille d’eau partagée parce que je n’ai pas su accéder au dernier ravito et une bienveillance sportive malgré le fossé des générations et nos « niveaux » si différents, j’ai vécu là un moment d’effort sportif partagé vraiment sympathique et je n’ai qu’un regret celui de n’avoir pu le remercier à l’arrivée tant la foule des coureurs était dense, alors je le fais ici, pour le cas où il tomberait par hasard sur ce blog: Merci Jeune Homme!

Mon lièvre a pris son envol à l’approche du 9ème kilomètre et c’était bien naturel, j’ai ensuite mené ma barque comme j’ai pu, en faisant toutefois le maximum pour honorer ce petit moment d’entraide tombé du ciel …

Je franchis la ligne d’arrivée en 58′ 15″ (temps réel) (  temps officiel 58’43 »)

Capturerésultatlamarinadecoco

pour plus de détails sur mon épreuve, c’est par là:

La marinade sur strava

marinade0004