Marvejols-Mende 2017…inscription validée…

C’est toujours une joie de voir mon nom apparaitre dans la liste des inscrits d’une course qui me tient à coeur, à fortiori cette épreuve-ci …pour ma 4ème participation au  Marvejols-Mende, ayant eu la chance de gagner mon dossard via le site running héroes et l’inscription étant  désormais officielle, je ne boude pas mon plaisir…

Nous prendrons donc le départ de cette course mythique le 23 juillet prochain, j’aurais le plaisir d’y retrouver quelques coureurs de ma connaissance : Mary, Sylvie, Jean-Michel, Philippe, peut être aussi Pascal (?) et d’autres encore je l’espère…

 

Marvejols-Mende 2016… le CR par coach-chéri…

11h26’41 »

Je viens de passer la ligne d’arrivée et je ne peux pas dire que je sois content. Je suis arrivé. J’en ai fini avec la dernière côte…

IMG_20160724_114452

Après la ligne je regarde mon temps à ma montre : 2h26’41 »

Je ne suis pas essoufflé. Je n’ai plus de jambes. J’avance. Je récupère une bouteille de powerade. Je la siffle d’un trait. J’en prends une deuxième je lui jette le même sort. Je récupère un gâteau Daunat et un chapeau, la médaille de finisher, le verre en plastique de la Lozère, une bouteille de Quézac… Je retourne vers la ligne d’arrivée mais côté public et j’attends Coco….

J’attends Coco et j’essaye de me refaire le film de la course.

3h30 le réveil sonne. Ça pique un peu les yeux mais je suis content d’être au jour J. Ça fait plusieurs mois qu’on sait qu’on va faire cette course avec Coco alors maintenant ça n’est que du bonheur. Je déjeune avec mon Muesli de l’étudiant comme chaque matin. On charge les affaires de sports dans la voiture. Tout est checké, tout est ok. 4H30 on est parti.

7h on est a Marvejols comme prévu. On récupère les dossards.

IMG_20160724_072230

Et puis on retrouve les runners que l’on connaît. Virginie, Sylvie, Jean-Michel, Philippe et Marie avec ses baskets roses.

 

cocojct

Pour moi ce seront des Saucony Kinvara 6, Ce sont mes running préférés: ultra légères, dynamiques, stables et un amorti ferme. Du maintien et même si elles sont plutôt faites pour du 10km je trouve qu’elles tiennent bien la distance jusqu’au semi.

Le temps passe vite. Il est déjà 8h30, je m’échauffe succinctement parmi les kényans. Pour m’amuser, j’essaye d’en suivre un qui fait un échauffement tranquille en EF… c’est difficile de le suivre. Je me sens bien. Je regagne le sas. Ici il n’y a qu’un sas. Le speaker égraine les difficultés de la course.

Nous sommes un peu moins de 3 000 à faire le semi en courant. Ils sont 500 à être parti en marchant un peu plus matin.

IMG_20160724_085459

9h tapantes le départ est donné. C’est parti. Le peloton s’étire doucement et on sent une certaine retenue de la part des coureurs. On profite des quelques hectomètres de plat parce que rapidement nous savons tous que l’on va en baver.

La course commence par un faux-plat de 5 km qui nous conduit au pont des écureuils. J’ai des jambes, je suis bien. Je suis sur mon rythme de semi-marathon. Pour l’instant tout va bien. Le peloton n’est pas tout jeune. Il y a pas mal de masters et il y a même quelques aficionados qui ont fait toutes les éditions.

IMG_20160724_092949

On attaque le col de Goudard… Sur la route, la légendaire phrase  »Ici Commence l’Enfer » annonce la couleur. Et la pente s’accentue on est partie pour une montée de 6km avec des passages assez pentus. Au premier ravito je flingue une petite bouteille d’eau et 3 morceaux de Pastèque. Il ne fait pas trop chaud mais l’ambiance est moite et je transpire comme un bœuf. La route s’engouffre dans la forêt. On retrouve la fraîcheur. Le cardio est bien. Quand la pente est trop raide je fais comme tout le monde un peu de marche et ça repart.

A Goudard, dans le hameau, le DJ fait péter la sono.  »Douce France » de Rachid Taha, je poke la main du DJ et le haut du col se fait attendre.

IMG_20160724_100512

Arrivé en haut je suis soulagé, je vais descendre et la 2ème montée est moins pentue, donc ça va le faire. J’en viens presque à penser que la course est faite…

4km de descente avec des passages à 15%, des courbes douces, je fonce, je me régale comme les gamins qui sortent de l’école à la fin des cours. Je galope et j’ai un collègue de circonstance qui fait la descente avec moi. On se tape un kiffe avec une allure qui frôle les 4’00 au km. La pente devient moins raide on se dirige vers la montée de Chabrits.

MMlolo1

Les ravitos se succèdent et je carbure au powerade. Au 14ème km les choses sérieuses recommencent… Et là c’est la panne. Plus de gaz. Je n’arrive pas à relancer. Je marche. Plus de jus… Ca va être long jusqu’à Mende en marchant. Je gamberge. Et puis je me fiche un coup de pied au cul et j’essaye tant bien que mal de faire la méthode Cyrano. J’alterne plus la marche que la course. J’ai des jambes en bois. Je me demande si je n’ai pas un peu exagéré dans cette descente. C’est difficile d’alterner montée et descente. On arrive à Chabrits, le peloton est très étiré et c’est un ravito supplémentaire. Je bois sans soif. Il commence a faire chaud. L’ambulance nous double avec un coureur dedans. Mais Chabrits c’est comme Goudard tu crois que tu es en haut du col mais il te reste 1km à gravir. Dans la côte j’oscille entre 8 et 9min/km et je suis impatient d’attaquer la descente. Je n’ai toujours pas de jus. Je commence à descendre mais moins fort que précédemment. Plein d’enfant au bord de la route, je tape la main…

J’approche de Mende… Les premières maisons. Il reste moins de 2 km et a ce moment là d’habitude tu es pris par une espèce d’euphorie… Tu frissonnes un peu… tu as la chair de poule et tu sens l’émotion monter parce que tu sais que tu as fait quelque chose de bien. Tu as atteint un objectif que tu t’étais fixé.

Mais là rien… Nada…On arrive au rond-point à l’entrée de Mende… et maintenant la dernière montée, 500m de côte et un public de folie, qui applaudit, qui encourage et pas du tout de jus, j’en suis même a marcher par moment dans cette côte où normalement je devrais avoir des ailes et tout donner pour grappiller quelques secondes…

Je franchis la ligne… 2h26’41 »

MMlolo4

 

Je ne me sens pas super bien après cette arrivée. Je n’avais pas d’attente en terme de chrono mais c’est surtout en terme de sensations que je suis un peu déçu. Depuis le 14ème km je n’ai plus de sensations, je n’ai plus d’émotions, je suis dans le dur et je bataille pour rejoindre la ligne et pis c’est tout…

Pas le temps de m’apitoyer sur mon sort que Coco arrive déjà. Elle a fait péter le RP de 8’38 ». Pour sa 3ème participation et après plusieurs plans d’entraînement le travail a fini par payer…

MMcoco1

cocodescentemm

Capturecocomm

On prend quelques instant des nouvelles de nos amis de Jecourstoujours, on retrouve Marie et Cyril et il faut déjà partir vers la navette…

Capturemarycyrilcocololobus

 

La course est très difficile. Ce n’est pas seulement le dénivelé, c’est surtout l’alternance de montées et de descentes et le fait qu’il n’y a jamais un moment de répit sur cette course…

IMG_20160726_073042

IMG_20160726_073144
Le joli T-shirt de finisher

Marvejols-Mende 2016…nos résultats…

cocololobus
dans la navette du retour…direction Marvejols...

Et bam !!! 8’38 »  de mieux que l’an passé (en temps réel)…

Crois moi, je ne boude pas mon plaisir…

Coach-chéri, pour sa part, a découvert l’épreuve cette année…

 

Captureresultatcoco3Captureresultatscoco2

Captureresultatslolo

De jolies rencontres, un RP sur cette épreuve de légende, que demander de plus?

 

CR et photos à venir…

Marvejols-Mende 2016… J-6…

Dimanche prochain, je prendrais, accompagnée de coach-chéri et pour la 3ème année consécutive, le départ du Marvejols-Mende, dont ce sera la 44ème édition…

Si tu me suis depuis un moment tu n’es pas sans savoir que cette épreuve est MON épreuve, que je ne la raterais pour rien au monde et que si pour le moment je peux encore faire un peu ma maligne, dimanche prochain au moment d’accrocher mon dossard sur mon t.shirt, je flipperais à mort à la perspective d’approcher l’endroit fatidique où je verrais inscrit à la craie sur le sol :

ICI COMMENCE L’ENFER

J’y retrouverais, avec grand plaisir Jean-Michel, Sylvie, Philippe (et peut être d’autres coureurs je l’espère) de Je cours toujours

J’aurais également l’immense joie d’y rencontrer, pour la 1ère fois, la runneuse la plus partageuse de la runnosphère : Mary

Ce qu’il y a de particulier avec cette course, c’est qu’elle est si difficile à parcourir qu’il me semble illusoire de me fixer un objectif chrono, la finir dans de bonnes conditions est déjà un exploit en soi, à mes yeux…néanmoins j’aimerais tout de même grignoter quelques minutes, ou à défaut quelques secondes, sur mes chronos en temps réel  précédant …

Capturemmblog

Goudard…me revoilà!!!